Avec des si on refait le monde ou on refait juste une amitié, ça suffira amplement.

 :: RANDOM :: MOMA Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 14 Mar 2017 - 20:42
Grâce à un action ou vérité j'ai eu le droit de faire un magnifique OS avec pour sujet "Un baiser entre Elis et Ryu". J'espère que ça vous ira KEUR Et surtout que j'ai pas fait de OOC Ryu PLS

Dire qu'Elis est idiot serait presque un euphémisme, il a cherché durant des années ce qui n'allait pas sans jamais vraiment comprendre pourquoi, les hypothèses s'étaient faites nombreuses dans sa tête, mais jamais, ô grand jamais cette idée ne lui était venu en tête. Peut-être qu'il ne pensait tout simplement pas ça possible ou alors il était tout simplement stupide pour ne rien avoir remarqué durant tout ce temps. Il ne comprenait pas et ça l'énervait, chose habituelle quand on le connaissait après tout. Il n'était pas rare de l'entendre hurler face à une situation qu'il ne comprenait pas. Comme dit plus haut, c'est un idiot après tout.

"Elis, tu vas enfin me dire ce qu'il se passe ou tu vas continuer à grogner et tourner en rond dans mon salon sans m'expliquer ?"

Elis ignore la voix de l'homme assis face à lui. Continuant à tourner en rond sans prononcer le moindre mot, se contentant de murmurer des "Non" ou des "C'est pas vrai" dans sa barbe mal rasée. Le pied de Ryu bat frénétiquement l'air face à cet abruti colérique qui avait fait irruption dans sa salon sans prévenir un Vendredi soir, que croyait-il ce stupide Cowboy, qu'il n'avait rien de mieux à faire que de le regarder grogner et se torturer l'esprit derrière sa table basse ? En vérité, non il n'avait rien de mieux à faire, après tout regarder Elis réfléchir était une scène tellement rare qu'elle valait le détour. Il grognait, faisant des gestes qui semblent n'avoir aucun sens sauf pour lui, marmonnant et tournant en rond. Bon en vérité, c'était sympa 5 minutes, mais s'il devait supporter cet ours mal léché toute la soirée, il lui fallait sa dose de caféine.

"Tu veux quelque chose ou tu es trop occupé à tenter d'évacuer les verres d'alcool que tu as ingurgité ?"

Oh parce que bien sûr, Elis n'était pas le genre d'homme assez à l'aise avec ses sentiments ou ceux des autres pour s'introduire chez eux sans raison, en pleine nuit, pour causer d'une chose qui semblait pourtant hyper importante; du moins pour lui; s'il était sobre. Ignorant le fait que l'américain continuait de l'ignorer, il se rendit dans sa cuisine pour se faire un expresso, cherchant ce qu'il avait fait pour mériter cette punition. Et franchement pour une fois il ne voyait pas. Attendant les quelques minutes qu'il fallait pour que son café soit enfin versé au fond de sa tasse, il reposa les yeux sur le soldat qui continuait de tourner en rond. C'est qu'il allait lui donner le tourni cette idiot.

Qu'est-ce qui avait pu se passer pour qu'il se mette dans un état pareil ? Encore un problème dans son travail ? Avec son fils peut-être ? Même si c'était rare qu'ils finissent par se fâcher ces deux-là, ça n'était d'ailleurs certainement jamais arrivé. Hiroshi … Hiroshi ne devait-il pas être chez Elis ce soir ? Avait-il bu sans se soucier de l'état dans lequel aurait pu le voir SON neveu ?

"J'espère qu'Hiroshi n'a pas eu à te voir dans cet état …
- Il était chez un ami ce soir."

Ah bah enfin il parle cet idiot. Reprenant place dans son fauteuil face à la table basse et au spectacle ridicule se passant derrière elle, Ryu fronce les sourcils en comprenant une chose qui s'avère presque importante.

"Je croyais que tu ne savais pas où j'habitais.
J'ai demandé à Ayame quand elle ...  Ayame le savait."

Le japonais fronce les sourcils. Il n'aime pas cette hésitation. Avalant une gorgé du breuvage qui lui semble soudain le plus précieux au monde, il repose la tasse sur la table basse en croisant les jambes.

"Qu'est-ce qu'il se passe avec Ayame ?
- Quoi ? Rien … Tout va bien avec Ayame."

Ryu le sent quelque chose cloche, il ne ment pas, pourtant, il connaît Elis par coeur, chacune de ses réactions et à cet instant il est gêné, tout comme la fois où il avait tenté de lui demander si c'était une bonne idée qu'il épouse sa soeur. C'était tout aussi rare que de le voir perdre ses moyens, mais en général ça n'annonce rien de bon pour lui. Jamais.

"Elle me l'a dit Ryu."

Les jambes se décroisent, un sourcil se hausse alors qu'enfin le soldat se stoppe dans sa course effréné, plongeant son regard dans celui de son ancien meilleur ami.

"Dis quoi ?"

Elis se frotte le visage, le front, les yeux, les tempes, l'alcool le fait douter, il n'a surement pas assez bu pour avoir totalement lâché prise sur sa mauvaise habitude de tout enfouir en lui.

"Je lui parlais de toi, de nous, de ce qui avait pu tout briser comme ça, je ne sais même plus vraiment ce que je disais quand elle l'a dit.
- Dis quoi ?
- Je lui expliquais que ça n'allait plus entre nous depuis elle et moi, depuis tout ça et elle l'a dit … Je m'y attendais pas et …
- DIS QUOI ?
- QUE TU M'AIMAIS !"

Surprise, terreur, le japonais se crispe sur son fauteuil, ses doigts s'enfonçant dans les accoudoirs et ses jambes claquant lourdement sur le sol. C'était impossible. Tout simplement impossible. Ayame ne savait rien, il ne savait rien.

"Qu'est-ce que tu racontes ?"

Sa voix est mal assurée, chacune de ses émotions transparaît à travers son intonation hésitante et il se déteste de perdre ainsi ses moyens parce qu'Elis le verra, Elis comprendra.

"Elle m'a dit qu'elle l'a deviné après notre mariage, que c'était évident … Mais je n'ai rien vu … Ryu tu aurais du me le dire !"

Il est incapable de parler, sa gorge est sèche et son coeur bat si vite qu'il n'arrive pas à retrouver son souffle. C'est impossible. Tout simplement impossible.

"Qu'est-ce que tu …
- Pourquoi est-ce que tu ne l'as jamais dit ?"

Elis s'approche, s'assoit face à lui, ses doigts frôlant son bras comme pour l'inviter à se confier, mais Ryu se détache, angoissé, il n'a pas les mots pour parler, alors il se braque, il se relève, s'éloigne de lui, plaçant le fauteuil entre eux comme pour regagner un peu de constance, après tout il se sait faible face à lui, il sait que cet homme peut tout faire vaciller en un instant, en un mot.

"Qu'est-ce que ça aurait changé ?"

C'est au tour du Cowboy d'être surpris, par le ton agressif du mercenaire ainsi que par sa question. Il ne comprend pas. Il ne comprend jamais après tout. Il se relève à son tour, faisant un pas en direction du japonais qui fuit encore une fois.

"Tout."

Il détourne les yeux, son visage rougissant d'une gêne non contrôlée. Ryu tente d'ignorer son envie de s'approcher, de le toucher, de glisser sa main sur sa joue, tracé les limites de sa barbes pour le forcer à le regarder dans les yeux, à assumer tout ce qui lui passe par la tête. Assumer tout ce qu'il n'aurait jamais eu le courage de dire s'il n'avait pas bu la moitié d'une bouteille de whisky. Immobile, l'un face à l'autre, le japonais se retenant au dossier de son fauteuil pour ne pas succomber.

"Tu vas me dire que tu ne serais pas tomber amoureux d'Ayame ? Que tu ne l'aurais pas choisi ? Que …"

Sa phrase meurt dans sa gorge. Avant même qu'il n'ait le temps de le réaliser, Elis avait attrapé son bras, posé un genou sur le fauteuil et l'avait attiré à lui. Lèvres contre lèvres. Barbes contre barbes. Le départ de ce baiser fut chaotique, désordonné comme les émotions qui tourbillonnaient à cet instant en lui. Puis les corps se rapprochent, une main attrape la nuque du plus âgé qui restent immobile, ses doigts s'enfonçant un peu plus profondément dans le fauteuil. Une langue cherche l'autre et avant même qu'il ne s'en rende compte le goût amer de l'alcool à déjà envahit sa bouche. C'est doux, chaud, exceptionnel, c'est Elis tout simplement. Une douce envie qui le torture depuis des années.

Ils s'éloignent enfin, lentement, leurs souffles courts se mélangeant alors qu'ils récupèrent difficilement de cette action, de tout ce qu'elle signifie pour eux, pour leur relation. Pourtant soudain le visage du soldat s'illumine, un large sourire affinant ses lèvres avant qu'il ne se mette à rire, rire comme Ryu ne l'avait plus vu faire depuis des années, rire comme lorsqu'il n'était encore qu'un crétin de lycéen insouciant. Alors il sourit se détendant enfin, puis sa main vient frapper la tête de cet idiot.

"Pourquoi est-ce que tu ris Baka ?
- Si tu voyais ta tête, tu rirais aussi."

Le sourire disparaît, sa main se referme en un poing qui frappe violemment l'épaule du Cowboy qui tente de calmer son rire. Moue boudeuse sur le visage, il tente de s'éloigner, mais la prothèse du soldat le retient près de lui, se glissant contre son bras nu et le faisant frissonner.

"Ryu … Je ne sais pas ce qu'il se serait passé si tu me l'avais dit avant tout ça, mais ce que je sais c'est que maintenant, je n'ai personne d'autre en tête que toi."

Le japonais rougit, il a l'impression que son corps entier va l'abandonner, le laisser tomber au bras de cet idiot qui parle, encore, toujours, ne se rendant même pas compte de l'effet que ses mots peuvent provoquer en lui. Cet idiot qui soudain se remet à rire.

"Vas te faire abruti !
- Mais Ryu vraiment s'pas ma faute, allez reviens !"

Trop tard, le japonais à filer, se glissant dans le couloir, son dos cherchant le mur pour se retenir. C'est impossible. Tout simplement impossible. Alors pourquoi est-ce qu'il ressent toujours cette chaleur contre ses lèvres ? Pourquoi est-ce qu'il entend encore le rire d'Elis ? Alors pourquoi est-ce qu'il se sent si heureux à cet instant ? C'est la réalité. La vraie. Pourtant il se sent comme dans un rêve. Un rêve d'adolescent enfin devenu réalité.
Coup d'Jus
avatar
Coup d'Jus
Métier : Garde Royal
Mutation : Contrôle de l'électricité
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doucereuse Agonie. :: RANDOM :: MOMA-