This Love . Elizabeth Kreine

 :: New-York City :: Queens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 21 Mai 2017 - 0:26

This Love
Elizabeth x Sasha
Un rendez-vous, cet après midi, avec la jeune Ozalee, pour discuter d’un cas particulier. Sasha avait mit sa tenue comme une sorte de super héro de l’amour. Elle se considérait plus ou moins comme tel après tout, avec cette volonté de rendre les personnes plus heureuses dans la société. Ce qu’elle voulait c’était promouvoir les sentiments des uns et des désirs des autres, car aujourd’hui dans ce climat difficile, beaucoup de personnes étaient en manque d’amour. L’étudiante semblait touchée par les dires des uns, et des autres et par empathie les aidait contre une somme d’argent. Ce n’était pas gratuit dans le sens où c’était extrêmement douloureux, et d’un autre point de vue ce n’était pas sans risque. Les personnes se souviennent effectivement de leur amour éphémère… Il y avait donc des problèmes qui pouvaient émerger, naître au bout de ces quelques temps passés. Elle devait donc en quelque sorte se protéger par un contrat, sauf dans des cas particuliers où rien ne semblait être gênant. Dans le fond, elle savait que son pouvoir était un bien comme un mal, il pouvait apporter du bonheur qui descendait rapidement au bout de la journée passée au côté de la personne ciblée, et se transformait en une sorte de malheur, colère, et parfois plus encore. La personne qui désirait la voir, semblait assez intéressée par son pouvoir, mais aussi par un autre phénomène.

En effet, quelqu’un lui avait donné rendez-vous pour une histoire d’amour temporaire dont l’inconnue ne connaissait pas la source. La rose semblait bien reconnaître que cela pouvait venir d’elle, après mûre réflexion, mais ces flèches sont toujours plus ou moins maîtrisées, elle ne faisait pas les choses n’importe comment. Sasha ne semblait pas avoir visé cette personne, mais elle aurait pu faire une erreur. Tout cela lui semblait bien étrange et l’incompréhension suite à ce message l’avait laissée perplexe. Sasha avait donc décidé de partir à la rencontre de cette empathe, au coeur d’un café chaud du Queens, dans son quartier. Elle lui avait donné rendez-vous tout près de chez elle, on ne sait jamais, la proximité de son lieu de vie peut toujours aider.

Ces derniers temps, cela n’avait pas été facile avec son pouvoir. Entre une fille qu’elle avait visé par inadvertance avec qui elle a essayé des choses nouvelles, la personne qu’elle aime, mais qu’elle n’oserait viser car elle a peur de tout gâché, la personne qu’elle avait aimé et qu’elle a du ciblée pour un de ses amis, et les personnes qui finissent par se haïr après ces heures d’amour artificielles… Tout ce qu’elle espérait dans cette rencontre, c’est que cela se passe bien. D’après cette femme, qui avait soit disant 10 ans de plus qu’elle, il ne devrait pas y avoir de risques, c’était plus une sorte de questionnement, de curiosité vis à vis de cette histoire. Il n’y avait pas de quoi s’heurter à un danger.

Elle portait sa veste noire, cette dernière recouvrait la partie supérieure de son corps, cachant son haut. Son visage, doux et palot, était recouvert à moitié par une grande capuche noire et sombre, seule sa bouche était visible ainsi que le bout de son nez légèrement rosé. Elle se dirigeait dans son quartier, le Queens. Lorsqu’elle passait dans les rues, quelques regards curieux se déposaient toujours sur elle et sur l’insigne qui se trouvait dans le dos de sa veste. Un sourire se dessinait instantanément sur ses lèvres roses et pulpeuses. Sur son épaule, il y avait l’anima qui avait accroché ses serres au tissu de sa veste faisait le fier et restait dressé observant comme elle les personnes tout autour d’elle. Parfois il se balançait légèrement de droite à gauche, comme s’il se satisfaisait lui même d’une musique qu’il avait en tête. Direction du lieu de rendez-vous après quelques cours de chimie ce matin qui avaient tout aussi excitant que l’odeur du boeuf bourguignon de ce midi. Cela soulignait à travers ce petit aparté gourmand à quel point ils étaient intéressants et fameux.

La jeune fille se dirigea donc dans le bâtiment qu’elle connaissait bien, et encore des regards posées sur elle. De ses mains frêles et délicates et quelques peu abîmées, elle vint faire glisser sa capuche pour dévoiler un visage doux et plein de malice. Ses cheveux colorés pour une fois étaient lâchés de long de ses épaules. La jeune fille se dirigea vers une des tables de la pièce et se plaça dans un coin, assez à l’abri des regards les plus indiscrets. Elle n’aimait pas trop se faire remarquer par des curieux qui voudraient profiter de ses services pour faire le mal. Quelques minutes après s’être installée peut-être un peu à l'avance, un serveur vint lui demander ce qu’elle désirait et elle demanda comme à son habitude un chocolat chaud bien mousseux.

De ses yeux ronds, elle attendait la venue de cette jeune qui elle espérait ne s’était pas trompée de lieu, ni même perdue. Le toucan lui se mit à quitter son épaule et alla se percher sur une des lampes au dessus du plafond. Sous la petite musique qui avait été mise dans le bar, il ne se retenait plus et commençait à se déhancher. Cela valut un sourire amusée de Sasha qui se mettait à rire joyeusement à la vue de l’oiseau qui remuait son large bec coloré ainsi que ses ailes. C’était une manière de passer le temps, observer les pitreries du Toucan qui se déhanchait sur le rythme en attendant la boisson chaude et crémeuse, ne faisant plus vraiment attention à son environnement.

© ASHLING - EPICODE
Dr. XX
avatar
Dr. XX
Métier : Docteur de la Garde Royale
Mutation : Aquam in Vinum
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Mai 2017 - 15:57
ELIZABETH
&
SASHA
THIS LOVE
Surnaturel, bonjour. Elizabeth avait déjà vécu des situations compromettantes, mais là c’était le pompon. Une journée ensoleillée et sous le signe du jour de congé avait permis à Lizzie de se réveiller de bonne humeur durant la semaine. Or, évidemment, il fallait que quelque chose de pas net se déroule ce jour-là, précisément, sans qu’elle ne comprenne complètement d’où vienne la cause. Un homme qu’elle ne connaissait absolument pas et qu’elle avait croisé par pur hasard dans une pâtisserie avait fini par hurler sur tous les toits qu’il était fou amoureux et qu’il voulait lui demander sa main. « Vous savez que je peux porter plainte ?! » demeurait les seuls mots qu’elle avait osé clamer en pleine rue alors qu’elle tentait d’éviter une telle étrange personne.

Puis, en fouillant peu et sous les informations journalières de ses petits Eros travailleurs, elle entend le pseudonyme d’Ozalee revenir plusieurs fois dans ses oreilles. Une certaine justicière qui combattait au service de l’amour et du bien envers l’humanité. Alors, oui, lutter pour la paix et les bisounours, c’est bien, mais pas quand un homme lambda affirme vouloir se tuer pour vous tout bonnement car ses sentiments sont incommensurables. Avec des contacts et un peu de persévérance, elle avait fini par obtenir un rendez-vous avec Cupidon dans le Queens. Sincèrement, elle ne savait à quoi s’attendre. Est-ce qu’il s’agissait d’un business mafieux consistant à gâcher la vie des gens avec une victime amoureuse afin d’en gagner des biens ? Ou est-ce que les rumeurs concernant la gentille Ozalee s’avéraient vrais ? Ne l’ayant jamais rencontré, tous les scénarios demeuraient possibles et l’inconnu, ça, Elizabeth n’aimait pas du tout. Pourtant, elle voulait en savoir plus. Son pouvoir aussi se liait aux émotions des gens, alors peut-être pouvait-elle obtenir quelques réponses ou quelques éclaircissements sur ce mode de vie complexe qu’elle n’a jamais choisie. Ozalee, elle, a fini par choisir et utiliser son don pour des besoins, des services – si la première version de l’histoire est la bonne et pas celle des mafieux… Elizabeth, quant à elle, ne pouvait se résigner à accepter l’utilisation de sa lecture des émotions tout bonnement aider sans répercussions. Ressentir de la tristesse profonde ou des souvenirs douloureux d’autrui n’a jamais été son rêve. Au contraire, elle avait toujours voulu fuir les ressentis, les sentiments qu’on pouvait lui apporter pour être un peu plus libre.


En début d’après-midi, Elizabeth, en cherchant quelque peu son chemin, finit par arriver au point de rendez-vous donné par Ozalee. Quelque peu hésitante, elle entre dans ce petit café et cherche du regard ladite concernée. Décidément, elle aimait squatter les cafés dernièrement. Est-ce qu’Ozalee était réellement une femme ? Jeune ? Vieille ? Mince ? Grande ? Finalement, une petite silhouette cachée sous un vêtement noir lui fait des signes qui ont l’air de devoir être discret. La gérante du casino s’approche, sceptique, et entreprend des salutations avant de s’asseoir à la table.

- « Bonjour. C’est vous… Ozalee ? »

Le tutoiement semblait plus correct au vu du gabarit de la petite demoiselle qui se trouvait sous ses yeux. Une chevelure rosée, des petites joues potelées et un regard sérieux qui, au final, ressemblait à celui d’un petit chiot qui tente de sortir son premier aboiement. Ozalee semblait être une adorable petite adolescente qu’Elizabeth aurait bien voulu incarner quand elle avait le même âge. Avec conviction, elle finit par s’installer et lui lancer un sourire pour que la rencontre soit plus confortable.

- « Excuse-moi pour le dérangement. Je suis Elizabeth, c’est moi qui t’aies contacté pour ce problème avec l’inconnu qui n’a pas arrêté de m’harceler pendant toute une journée. Heureusement, ce n’est plus le cas mais j’ai été particulièrement intriguée par ce qui s’est produit et je voulais comprendre un peu pourquoi c’est arrivé, et surtout pourquoi moi. Tu penses que tu pourrais répondre à mes questions autour d’un café ? …Où un coca si tu n’aimes pas les boissons trop amères. Je te l’offre. »

Lizzie avait cette sale habitude de se comporter en gentille maman quand elle s’adresse à une cadette. Etrangement, l’aura qu’émane de l’attitude d’Ozalee lui permet d’être particulièrement à l’aise pour une première conversation, comparé à d’autres adultes lambda ou durant des rancards ratés. Une chose est sûre : elle espérait avoir de quoi assouvir sa curiosité. Surtout si cela lui permettait de ne plus jamais avoir à recroiser ce type !

CODAGE PAR AMIANTE
La Caisse Enregistreuse
avatar
La Caisse Enregistreuse
Métier : Patronne du casino "l'Orpheus"
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Mai 2017 - 17:43

This Love
Elizabeth x Sasha
L’oiseau bougeait encore, mais elle quitta de son point de vue sa danse folle pour voir une femme très, très, très, très grande. Sasha aurait bien pensé qu’elle ressemblait à un poteau, toute mince et longiligne. C’était peut-être elle, la dame qu’elle attendait. Elle ne savait pas la tranche d’âge de la femme qu’elle attendait. Peut-être était-ce une vieille femme ménopausée qui faisait une crise pour rien à cause de sa frigidité, peut-être était-ce une jeune fille de son âge environ, une jeune fille fraîche et pleine de charme, ou peut-être bien une femme qui avait déjà des enfants dans la trentaine ou la quarantaine, et là c’était peut-être un peu plus gênant dans ce contexte… Elle avait de long cheveux violets, c’était joli le violet, une belle couleur. Enfin c’était une teinte de violet qu’elle n’aurait su qualifier comme ça. La femme s’approcha d’elle et vint l’importuner en lui demandant si c’était bien elle. Sasha eu envie de répondre “Non, c’est le Toucan là-haut.” Mais la timidité faisait part sur son visage et ses joues légèrement rosées.

“O-Oui… C’est moi. Vous devez être l’empathe.”

Un peu déçue, les hypothèses de Sasha étaient tombées à l’eau. Elle aurait bien rit si c’était une vieille femme qui aurait dit n’importe quoi à cause de son grand âge, mais il est vrai qu’elle n’aurait pas su certainement utiliser les réseaux pour la contacter et discuter avec elle de la sorte. Les personnes âgées pour elle ne sont pas capables d’utiliser un outil rien qu’un peu électronique.

La plus grande s’assit en face d’elle, lui expliquant la situation qu’elle connaissait déjà dans les grandes lignes. Un homme était tombé amoureux d’elle, fou à lier, à l’harceler. Si c’était de la faute de Sasha, elle ne s’attendait pas à ce qu’il réagisse de la sorte, en effet elle n’était pas maîtresse de la façon de réagir à l’amour. Certaine personnes, lorsqu’elles sont amoureuses font les choses bien distinctement des autres. Et chaque amour est différent, pour chaque personne, et pour chaque couple. Rien n’est comparable selon Ozalee. Pourtant, quelque chose lui échappait, elle ne souvenait pas avoir tiré sur un homme comme ça, et elle se serait souvenue de cette femme. Pourtant non, peut-être que le toucan pourrait l’éclairer sur cette part d’ombre. Elle passa une de ses petites mains sur son menton, d’un air perplexe et regarda son aînée, la fixant se perdant un peu dans les traits de son visage et dans sa réflexion. Si elle l’avait vu, elle ne s’en souvenait pas, et c’était une frustration qui commençait à la ronger. La physionomie de Sasha devait résister à toute épreuve pourtant.

Cette femme souhaitait comprendre ce que Sasha ne comprenait pas, et lui offrir un verre. Mais la rose redressa la tête subitement, elle ne voulait pas qu’on l’achète. Elle fit un signe de tête, un peu gênée comme pour dire non. Elle n’aimait pas le fait qu’on lui paye quelque chose. Cela lui rappelait son père, qui tentait toujours de se faire pardonner ses travers avec des achats. Pourtant, cela ne remplace pas les faits, cela ne corrigeait pas ces cicatrices. Il en va de même pour un ami qui avait profité de tout ce qu’il avait pu lui apporter pour lui demander l’impensable… Alors, elle avait prit l’habitude de refuser en général.

“Oh non ! Ne vous en faite pas ! Je me suis commandée quelque chose déjà, et je vais payer.”

Elle se racla la gorge pour revenir au sujet de cette entrevue.

“Hm… Alors, je vais vous expliquer, quand je tire avec une de mes flèches, la personne qui est touchée par celle-ci ne ressent aucune douleur. C’est moi qui la prend, ça peut durer entre deux et sept minutes. Et la personne que regarde ma cible sera son grand amour pendant toute une journée. Cependant, je ne me souviens pas vous avoir vu, et je me souviens en général qui est l’heureux élu qui est malheureusement prit en otage d’un amour non réciproque. Vous savez quel jour c’était ?  Il peut-être probable que j’ai laissé une de mes flèches par mégarde toucher ce monsieur, et je m’en excuse hein ! Je ne voulais pas que ça vous touche particulièrement vous. A moins que ce soit lui qui m’a demandé de vous faire tomber amoureux de vous, ou une tierce personne… Il ressemblait à quoi ?...”

Tout semblait s’embrouiller dans le questionnement de Sasha, mais rien n’était vain. Elle avait l’habitude de réfléchir trop vite, ce qui faisait que c’était parfois un peu compliqué pour elle de s’y retrouver dans tout ça. En dehors de tout, ça elle affichait une mise un peu inquiète et désolée du sort qu'elle avait donné à cette inconnue. Elle décida d'appeler son Joker, contre toute attente.

“Amarelo ! Viens m’aider s’il te plait !”


L’oiseau qui amusait la galerie avec ses petits pas de danses entendit la jeune fille crier de sa petite voix aiguë, et s’envola pour se poser sur son épaule, et il se pencha vers la plus âgée.

“Bonjour madame. Racontez nous tout les détails de votre mésaventure dans le monde merveilleux de l’amour… Ne vous en faite pas, je vais aider Sa... Ozalee à retrouvé la mémoire !” Dit-il sur un ton ironique, fuyant le regard de son amie, quelque peu gêné par son erreur.

Sasha le pointa de ses yeux ronds d’un air blasé. Parfois, elle trouvait qu’il en faisait trop, et il avait failli réduire à néant son surnom. Surnom qu'elle avait cherché pendant longtemps, elle avait hésité à se renommer aussi Cupidon, ou bien même pomme, pour son grand amour pour les pommes, et parce que les archers tirent sur les pommes. Aussi parce qu'elle adorait la tarte aux pommes, mais elle ne voulait pas l'avouer...

© ASHLING - EPICODE
Dr. XX
avatar
Dr. XX
Métier : Docteur de la Garde Royale
Mutation : Aquam in Vinum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doucereuse Agonie. :: New-York City :: Queens-