◄ Un Mauvais Départ [PV Estevan] ►

 :: OVER THE RAINBOW :: GLIMPSES OF THE PAST Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 21 Mai 2017 - 15:33





Un mauvais départ


« - Be careful, I’m a monster -  » ▽ (Ike & Estevan)
Hiver de l'An II

Il faisait froid. Tout était gris. Depuis des semaines, l’hiver avait étendu sa mélancolie dans tous les recoins de la ville. Les oiseaux ne chantaient plus, et le soleil qui d’habitude était si chaud, ne suffisait plus à réchauffer les joues froides des quelques personnes assez courageuses pour mettre le nez dehors.
L’hiver, depuis la Lune Rouge, était devenu une source de problèmes pour tout le monde. Car la politique de castes instaurée par Maxwell était claire. Et gare à ceux qui oseraient cacher leur nuque par une écharpe moelleuse. Au début, nombreux étaient ceux qui s’étaient aventurés à braver la loi, préférant avoir chaud plutôt que de respecter une règle en laquelle ils n’avaient pas foi. Mais le Roi autoproclamé était intransigeant, et ceux dont la fierté et les convictions les poussaient à lever un peu trop la tête s’étaient vu courber l’échine de force par les chiens du Roi. L’autorité de Maxwell s’emblait s’étendre partout, et sa poigne de fer savait trouver et corriger ceux qui ne marchaient pas droit.
Ike étaient de ceux qui ne croyaient pas au système mis en place. Il l’exécrait. Mais le jeune homme était quelqu’un de réfléchi, qui était conscient que chaque action considérée comme rebelle pourrait lui causer du tort. Sa condition de Philia faisait déjà de lui, par définition, quelqu’un de mauvais. Il ne voulait pas s’attirer de surcroît les foudres de quelques Agapés. Agapés qui, après l’avoir roué de coups pour lui faire comprendre ce qu’il savait déjà mais n’acceptait pas, auraient rampé jusqu’aux pieds du Roi pour espérer recevoir une quelconque faveur. Et comme à un chat tuant le rat nuisible et indésirable, on aurait donné une récompense bien méritée. Bon travail. Tout cela rendait Ike malade…

Ce jour-là avait commencé comme la veille, et comme tous les autres jours depuis le début de l’hiver. Ike s’était paré d’une veste chaude, laissant son costume habituel bien trop léger au placard, avant de prendre le chemin du travail. Ses petits pas empressés le conduisaient machinalement à travers la ville, passant de rues en ruelles, de boulevards en avenues, pour arriver le plus vite possible à la petite épicerie dans laquelle il travaillait depuis maintenant quelques semaines. Un record pour lui.
Le ciel était encore sombre, ce n’était pas encore l’aube. N’ayant aucun moyen de transport, il lui fallait bien deux heures de marche, de chez lui à la 33ème avenue près de Bowne Park. Ike avait donc pris l’habitude de partir tôt. Cela ne le dérangeait pas, il appréciait le calme et l’odeur de la nuit. Et c’était chaque jour un cadeau pour lui que d’avoir l’opportunité d’admirer le lever de soleil, les rayons dorés et brûlants rencontrant ceux rougeâtres mais froid de l’astre lunaire toujours présents. Il aimait ça, ça l’émouvait, et il donnerait tout pour immortaliser la rencontre de ces faisceaux lumineux perçant à travers les buildings.

Mais ce jour-là, aussi fabuleux et inoubliable qu’il avait pût être, ce n’était pas ce spectacle qu’Ike retiendrait… Mais plutôt l’image horrible et saisissante d’un chaos ambiant. Les heures avaient passées, et la matinée était déjà entamée. Comme convenu, Ike était arrivé à l’heure prévue. Mais le cœur serré, il avait constaté que l’endroit n’avait plus rien à voir avec ce qu’il connaissait. En effet, la vitrine de la petite épicerie avait été brisée. Le nom de la gérante s’y trouvait encore hier. Ruth… Une vielle dame formidable qui avait accepté d’engager le jeune homme en dépit de sa caste. Elle le trouvait sympathique qu’elle disait. L’inverse était aussi vrai. Mais son nom était maintenant éclaté au sol. Et tout ce qui se trouvait avant dans le petit commerce était à présent retourné, éparpillé et piétiné. Du sol au plafond, tout était détruit, et Ike, après un instant de flottement dû au choc, repris son sang-froid. Il se demanda alors, les sourcils froncés et la rage montant en lui, qui avait bien pût saccager cet endroit. Il avait enfin dégoté un travail relativement stable, et ne voulait pour rien au monde retourner à la case départ, dans cette galère quotidienne qu’il ne connaissant que trop bien, où ne serait-ce que manger un bout de pain devenait un combat. Mais son attention fût retenue par toutes les denrées éparpillées à terre. De toute évidence, ce n’était pas l’œuvre d’une bande de voleurs… Tout était là, et si c’était la caisse qu’ils voulaient, ils n’auraient pas pris la peine de tout détruire sur leur passage.

Perdu dans ses pensées, Ike s’était avancé peu à peu dans la boutique, enjambant verres et autres débris. Il ne tenait pas à se blesser. Mais il se figea tout à coup lorsqu’un bruit se fit entendre derrière le comptoir au fond de la pièce. Son sang se glaça. Devait-il prendre la fuite ? Il aurait probablement dût, oui. Mais son corps ne l’écouta pas. Et lorsqu’il ne fût qu’à quelques centimètres à peine de la caisse, il posa en silence la paume de ses mains sur le comptoir en bois, sa tête se penchant légèrement vers l’avant.
Pendant en instant, il se figea totalement. Ce qu’il voyait était absolument incroyable. Impensable même. Et si parfaitement inimaginable, qu’il hésita à cligner des yeux pour s’assurer s’il ne rêvait pas. Tout ceci devait être un cauchemar. Une horrible et glaçante illusion… C’est ce qu’il s’était dit, alors qu’à ses oreilles parvenait un son de déglutition et de déchirements, et que sous ses yeux, une épaisse et imposante masse de longs poils bougeait dans un mouvement affreusement lent, se délectant visiblement de la chaire encore chaude de la petite dame blonde endormie.

Ike reteint un cri d’effroi, plaquant une main sur sa bouche. Ruth était morte. Et une Beast la dévorait sous ses yeux. L’animal était si imposant et si difforme que même avec tous les efforts du monde, Ike n’aurait pas sût deviner ce qu’il était avant la Lune Rouge. Il ne réfléchit pas plus et fit volte-face pour s’enfuir d’ici. Rester silencieux n’était plus dans priorités. Le chagrin et la peur avaient envahi son esprit. Cette dernière guidait ses actions, et alors qu’il s’empressait de courir vers la sortie, Ike glissa, tombant au sol lourdement dans un raffut incroyable. Si bien que l’instant d’après paru affreusement silencieux...
Jusqu’à ce que tout à coup, attirée par le bruit, la bête bondit sur le comptoir, surplombant de sa hauteur le jeune blanc tremblant au sol. Ike s’était retourné au grognement émit par l’animal, qui le regardait maintenant de ses grands yeux injectés de sang.

Ike ferma les siens, lorsqu’après avoir pris son élan, la Beast bondit dans sa direction. Dans l’esprit du jeune homme, tout sembla alors ralentir, et tout ce qu’il se passait autours de lui sembla s’arrêter, la Bête était comme figée. Ike connaissait bien ça. Il savait ce qui allait se passer. Il le savait mieux que quiconque. Et en tout honnêteté, il aurait peut-être mieux valut pour lui de se faire dévorer.
Il n’avait pas figé le temps. Ses sens étaient juste devenus plus aiguisés. C’était la première étape. Il ressentit alors parfaitement l’air sur son visage, la force de la terre sous ses paumes, et perçu tout à fait l’espace diminuant de millimètre en millimètres entre lui et la Beast.
Ce qui suivit se passa aussi vite qu’un cri retenti. Mais pendant ce qui sembla être des heures pour Ike, son corps se mouva rapidement. Puis ses musclent roulèrent un à un sous sa peau, qui se recouvrit totalement de petites écailles blanches. Le son à la fois effroyable et familier des os qui craquent et de la chaire qui se déchire retentirent dans sa tête, et il crut une fois de plus devenir fou sous la douleur insupportable de sa mâchoire qui s’allonge et de ses crocs qui poussent. C’est ainsi qu’en moins de temps qu’il ne fallut pour le dire, le petit corps d’Ike s’était transformé en celui d’une puissante bête reptilienne, qui, dressée à présent sur ses quatre pattes, avait pris assez d’élan pour faucher la Beast en plein vol. Les corps puissants des deux monstres s’entrechoquèrent dans un bruit sourd avant de chuter brisant le comptoir sous leur poids monstrueux. Ike était immense, sa taille dépassait de deux fois celle de la Beast, mais cette dernière était si enragée que le jeune homme devait de débattre de toute ses forces animales pour échapper aux claquements puissants et répétés des mâchoires de la bête tout près de sa gueule.

Ike ne devait pas rester là. S’il ne voulait pas s’épuiser inutilement, il devait s’échapper. Il réunit alors toutes ses forces pour éjecter d’un mouvement de pattes la Beast qui le recouvrait. Et sans perdre de temps, il prit la fuite, brisant encore un peu plus la vitrine sur son passage. Il faisait grand jour à l’extérieur, se cacher ne se serait pas facile. Un grognement enragé et le bruit d’une façade défoncée résonnèrent derrière lui. Il était pourchassé.
Sur son passage, les gens criaient, pleuraient, asseyaient de se cacher. Pas étonnant. Pour eux, deux Beasts étaient en train de s’affronter. Ils étaient en danger. Ike courraient aussi vite qu’il ne pouvait, traversant les rues en essayant de ne rien abimer sur son passage, et surtout en priant pour ne blesser personne. Mais la Beast à ses trousses était d’une dangerosité folle, et guidée par la seule volonté de tuer, elle tuerait femmes et enfants sous ses griffes sans même y prêter attention. Ike ne le supporterait pas, et il ne pouvait certainement pas l’entrainer chez lui vers Queens Village où une grande partie de la population était concentrée.
Alors, Ike pris une décision hâtive. Bifurquant sur la gauche à l’angle d’une rue, il lança son corps sur une façade, grimpant à l’aide de ses muscles puissants. En hauteur, ils causeraient probablement moins de dégâts. Puis de toit en toit, il traça droit vers le Nord. S’il arrivait à atteindre les Berges de Little Bay, il pourrait prendre le passage de Throgs Neck Bridge qui le mènerait vers le Bronx. Il n’y mettait en temps normal jamais les pieds, mais il espérait en se rendant dans les méandres des ruelles sombres, pouvoir y semer aisément la bête. Peut-être même se ferait-elle attrapée puis emmenée aux arènes. Allez savoir.

Son plan avait fonctionné. La rapidité d’Ike, doublée de son esprit réfléchit et stratège lui avaient permis au bout de quelques minutes de courses poursuite seulement de semer l’animal. Cependant, Ike ne devait pas trainer ici plus longtemps, il ne pouvait pas se permettre d’être vu ou capturé. De plus, il ne connaissait pas l’endroit. Il avait foncé tout droit sans réfléchir, laissant son instinct animal guider ses pas, mais il se trouvait maintenant bien embêté. Le Bronx n’était pas vraiment un endroit fréquentable, et y être perdu était rarement bon signe. C’est pourquoi Ike ne pouvait se permettre de reprendre forme humaine pour demander son chemin, sans compter qu’il serait nu comme un ver.
Alors, après mure réflexion, Ike décida que s’élever à nouveau dans les airs serait une bonne chose. Sur les toits, il aurait suffisamment de visibilité pour retrouver son chemin, et il éviterait de tomber sur quiconque lui voudrait du mal. C’est ainsi qu’après quelques secondes de réflexion, il accéléra le pas et tourna dans une rue un peu sombre et reculée. Mais alors qu’il avait pris suffisamment d’élan et que ses pattes imposantes s’étaient mises à courir pour lui permettre de sauter sur la façade face à lui, il réalisa qu’une personne se trouvait à seulement quelques pas. Un homme, qui dans la ruelle sombre, avait échappé à ses yeux perçants. La première chose qu’il pensa fût de se savoir si ce jeune homme s’en prendrait à lui maintenant qu’il l’avait aperçu. Etait-ce un de ses chasseurs de Beasts ? Allez savoir !
Puis tout à coup, cette pensée d’envola, et Ike réalisa avec horreur, que s’il ne s’arrêtait pas, il allait tuer cette personne, qui sous la force de ses griffes, ne survivrait pas. Alors, il tenta de ralentir son élan, stoppant net toute l’énergie emmagasinée dans ses muscles. Mais il allait si vite, peut-être trop vite… Il ferma les yeux, incertain de l’issue de cette situation.

...








Godzilla
avatar
Godzilla
Métier : Petits boulots
Mutation : Mutation reptilienne
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doucereuse Agonie. :: OVER THE RAINBOW :: GLIMPSES OF THE PAST-