[Event 1.2] what the hell are you doing ? (damoclès)

 :: New-York City :: Brooklyn :: Brooklyn Heights :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 23 Déc 2017 - 15:03
WHAT THE HELL ARE YOU DOING ?
ft. damoclès

Après Halloween, Nova n'avait pas réussi à rafistoler son appareil photo, elle était clairement dégouté. Heureusement qu'elle en avait un autre, mais elle allait garder l'ancien et le rafistoler. Enfin, tenter. Elle était clairement de mauvaise humeur. C'était son bébé, son appareil photo. Elle se sentait nue sans lui. Bon, il ne fallait pas exagéré non plus mais cet appareil est important pour elle. Et puis, il s'agit de son métier, de sa particularité. Forcément qu’elle y tenait un minimum. Ok, elle y tenait vraiment beaucoup. Elle le posa sur la table du salon, soupirant longuement. Elle s’en occuperait plus tard. C’est à ce moment que Berlioz apparût dans son champ de vision. Tout en grâce et délicatesse, il marcha jusqu’à Nova pour s’allonger près de sa jambe.

« Tu vas le détruire définitivement si tu continues à tenter de le rafistoler. Tu le sais très bien. Tu es bien trop énervée. »

Nova se mit à soupirer. Encore. Et encore. Elle savait que Berlioz avait raison. Elle ferma les yeux, croisa les bras sur la table et posa sa tête sur ceux-ci. Halloween avait été une sacrée épreuve psychologique. Elle s’était souvenue de Luke, de la nuit où elle l’avait perdue. Mais elle avait fait quatre bonnes rencontres. Enfin, jusqu’à nouvel ordre. Les jeunes femmes et leurs animas s’étaient entraidées, certes, mais que se passerait-il à l’extérieur ? Mystère. L’avenir allait lui dire. En tout cas, Nova avait un travail et elle comptait bien le continuer. Si son appareil qu’elle aimait tant voulait bien refonctionner. Il avait une valeur particulière, quand bien même elle en avait un autre. Décidément, peu importe ce qu’elle pensait, elle revenait toujours à son appareil ! La voyant soupirer de nouveau, Berlioz ne retint pas son sourire sarcastique.

« Je t’interdis de te moquer de moi, chaton ! »

La jeune femme lui fit les gros yeux tandis qu’il se redressait. Il détestait qu’on l’appelait chaton et Nova ne le savait que trop bien. Elle se mit à rire légèrement, ce qui fit oublier à Berlioz pourquoi il lui en voulait, parce qu’il lui en voulait de l’appeler chaton. Il ne pouvait pas résister à son sourire. Elle se leva finalement pour ranger son appareil avec son album photo, tous ceux cachés dans un endroit de la maison que personne ne pouvait soupçonner. Félix, sa colocataire et meilleure amie, ne savait même pas où ils se trouvaient, c’était pour vous montrer à quel point Nova pouvait être sérieuse dans son travail. Au moment où elle termina de ranger ses affaires, quelqu’un sonna. Berlioz se mit en alerte, comme s’ils couraient un danger. Il le faisait toujours. Son attitude montra à Nova qu’il ne s’agissait pas de Félix qui avait oublié ses clés ou qui ramenait un client. Nova resta impassible, elle attrapa un de ses couteaux bien aimés pour s’armer au cas où. Évidemment, elle l’avait caché sur elle, c’était le minimum. Elle intima à Berlioz de ne pas bouger, s’avançant vers la porte avant de l’ouvrir. L’ambiance changea d’un coup, comme si elle s’était glacée. Certes, il faisait froid dehors mais ce n’était pas la question. La personne devant Nova imposait. Clairement. Il faisait facilement deux mètres, elle se sentait ridiculement petite, alors que généralement, elle se trouvait grande. Yeux rouges et cheveux noirs, le combo parfait pour faire peur avec sa taille. Super. Manquait plus qu’il ait une voix de bonhomme mafieux, la clope et il avait la totale pour faire flipper la ménagère.

« Bonjour, qu’est ce que je peux faire pour vous ? »

Le saluer était la moindre des choses. Elle n’allait pas non plus lui sourire ou l’accueillir à bras ouverts. Elle ne le conseillait pas. Sa main se crispa sur la porte, ses sens étaient en alerte. C’était plus fort qu’elle. Mais elle restait calme, comme à son habitude. Elle n’avait pas peur. Elle était un peu dérangée parce qu’il était imposant, c’était tout. Mais le pire, ou le meilleur, restait à venir.
Elle a fait rire Lamia omfg !
avatar
Elle a fait rire Lamia omfg !
Métier : mercenaire, photographe.
Mutation : intangibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Fév 2018 - 13:08


what the hell are you going ?
Ses pieds s'alignent l'un derrière l'autre, avançant à un rythme plus lent que ses longues jambes le lui permettent pour la simple et bonne raison, qu'il ne faut absolument pas marcher sur les bordures, jamais. Pourquoi ? Bonne question. Les bras tendus pour garder l'équilibre, le regard des passants ne se lèvent pas à son encontre et à chaque fois que l'un d'eux se retrouve sur son passage, son corps disparaît pour le laisser passer, comme s'il n'était qu'une fumée irréelle. Oh Lamia l'engueulerait probablement d'utiliser son pouvoir de manière si futile, l'invisibilité oui, l'idée de jouer à la poutre sur le trottoir, non. Pourtant Damoclès continue son manège jusqu'à destination : Brooklyn Heights. Il lève alors les yeux vers l'immeuble avec un sourire.

Il a appris récemment que l'une des Eros a pour mission de prendre en photo les Dués ou tout être un peu louche qui croiserait son chemin. Et bien qu'il ne se souvienne pas de grand-chose, il sait au fond de lui, il en est persuadé il doit retrouver cette personne. Qui est-ce ? Il ne le sait pas. Pourquoi ? Il sait seulement qu'elle a détruit sa vie. Comment ? Il n'en a pas la moindre idée. Il a finit par se dire que l'absence de son anima et ce vide cruel en lui est surement la cause de cette haine sans fin qu'il ressent pour cet inconnu.

Bientôt Eros, bientôt.

Il pousse la porte de l'immeuble avant de s'attarder, son regard se posant sur absolument chaque chose qui pourrait l'intriguer afin de le noter dans sa mémoire, peut-être dans l'espoir de ne pas l'oublier …

Enfin, il y est et bizarrement, maintenant qu'il se retrouve devant cette porte, il se dit que c'était sûrement une très mauvaise idée d'avoir forcé son bras-droit à lui donner cette adresse, mais puisqu'il est ici et bien, ce n'est plus le moment de reculer. Sa large main se ferme en un poing et alors qu'il s'apprête à toucher le bois de la porte, il s'arrête, prenant le temps de retirer son invisibilité ainsi que son immatérialité. La lueur brillante dans ses yeux s'amenuise sans pour autant disparaître alors qu'il toque enfin.

Lorsque la porte s'ouvre, il lui faut un instant pour baisser les yeux vers le visage de la personne qu'il est venu voir. Il oublie parfois qu'il est un géant dans ce monde, encore une chose qui le rend si différent de ces êtres qu'il jalouse secrètement. Un léger sourire se dessine sur ses lèvres lorsqu'elle commence à parler, étrangement le fait qu'elle ne soit pas intimidé ou tout du moins qu'elle tente si bien de le cacher est quelque chose qu'il apprécie. Quand toutes les personnes qui vous croise détournent le regard en espérant que vous ne les verrez pas non plus, lorsqu'enfin une personne ose relever les yeux assez longtemps pour que vous puissiez devinez la couleur de ses yeux, il y a quelque chose d'étrangement satisfaisant.

Un ami commun m'a fait part de votre implication pour notre …. Hum …
Sa voix rauque se stop et il lève les yeux au ciel, cherchant ses mots.
Organisation.

Il ne prononce ni les mots de Lamia ou Eros, après tout, on ne sait jamais qui écoute et les voisins de cette demoiselle n'ont pas besoin de savoir ce qu'elle fait de son temps libre.

Damoclès ne souhaite pas lui dire la vraie raison de sa présence et bien qu'il ne soit ni du genre violent ou à utiliser l'intimidation pour obtenir ce qu'il veut, aujourd'hui il ne pouvait pas accepter un non comme réponse à ses questions. Il fait alors un pas en avant, se rapprochant de la jeune femme bien plus que nécessaire avant de déposer ses mains sur les bras de la demoiselle pour la soulever afin qu'elle ne lui barre plus la route. Quelques pas dans l'appartement et il la dépose sur le côté avant de commencer à fureter du regard à l'intérieur de son chez elle.

C'est mignon.

Il ne prend même pas le temps de la regarder dans les yeux lorsqu'il lui dit ceci, son regard déjà accroché par un bureau dont il s'approche sans attendre qu'elle lui donne l'autorisation de fouiller, repoussant déjà des feuilles dont il se fiche pas mal, il cherche les photos de la jeune femme et qu'importe ses plaintes, il n'est pas du genre à écouter les autres après tout.                                      
code by nyx
Daddy Cool
avatar
Daddy Cool
Métier : Leader des Eros
Mutation : Modification du réel
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doucereuse Agonie. :: New-York City :: Brooklyn :: Brooklyn Heights :: Habitations-