Chasseurs chassés

 :: New-York City :: Le Bronx Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 25 Fév 2018 - 18:24
Contrat
Cloud ft Nikolaï






Tu baisses les yeux vers le corps ensanglanté de ta victime. Ton geste avait été net, précis, très professionnel. On voit que tu as l’habitude de faire ça, Cloud…
La femme qui git à tes pieds ne respire bel et bien plus, ne bouge plus, ses yeux vitreux levés au ciel qu’elle ne voit même plus. Là où tu passes, les victimes trépassent avec une violence et un professionnalisme effrayant. Ce n’est pas pour rien que les affaires marchent, en ce moment…
Cette fois ci, le contrat venait du mari même de la victime. Pourquoi exactement ? Tu l’ignores, et tu ne cherches pas à le savoir. Tout ce qui t’intéresse, c’est la récompense à la clef. Se mêler des affaires d’autrui ne t’intéresse pas le moins du monde, et ne fera que t’attirer des ennuis de toute façon. Ce n’est pas notre boulot. Enfin, la raison est sans doute très simple au final : une histoire d’adultère, ou d’argent. Les problèmes de couples paraissent les plus simples, mais sont aussi les plus macabres. Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour laver l’honneur ! Heureusement que toi, tu n’en a plus depuis longtemps, n’est ce pas ma chère ?
Ha, encore une belle preuve que les histoires de couple ne peuvent que mal se finir ! Tiens, pourquoi
est ce que tu n’essaierais pas, Cloud ? Toi tu aimes quand ça se finit en bain de sang, tu as l’habitude, tu as déjà tué une fois ta famille, pourquoi pas une deuxième fois ? C’est là où tu as découvert le plaisir de tuer, de la vengeance, de voir ceux qui t’avaient trainé dans la boue être trainés encore plus bas que terre, pas vrai ? Ce que j’aime quand tu es comme ça, avec ce sourire sadique et satisfait du travail bien fait. Tu ne cesseras décidément jamais de me distraire.

Encore une fois, le meurtre était presque trop parfait. Hériter d’un tel pouvoir, c’est décidément bien pratique, c’est presque comme si tu étais prédestinée à devoir tuer. Enfin, avec ou sans ce pouvoir, tu es décidément une tueuse née, Cloud.
Puisque c’est le mari lui-même qui t’a engagée, il t’a été très facile de produire une illusion parfaite et réaliste de lui. Tu as utilisé cette illusion pour attirer la femme dehors, et de là, laissée sans défense et devant toi, elle était faite comme un rat. Cela passera facilement comme une agression qui a mal tournée, dans cette ruelle sombre et mal famée. L’identité de ton client devrait rester cachée ainsi. De toute façon, ce n’est pas comme si la police allait passer ici !
Tu traines le corps sur quelques mètres, jusqu’à ce que tu t’assures qu’il soit caché et qu’il ne soit pas découvert tout de suite. Tu essuies ton arme d’un geste très professionnel et presque trop tendre –c’est que tu y tiens à ta lame, c’est presque comme ton âme.

D’un trop grand calme, comme si ce que tu avais fait était parfaitement naturel –enfin, ça l’est pour toi- tu t’éloignes de la scène de crime, t’assurant que personne ne te suive ou de ne pas laisser de témoins. Et ensemble, nous repartons pour aller prendre notre du, comme des rapaces –ah non, je suis bête, je suis un chat…



Illusionniste
avatar
Illusionniste
Métier : Jouteuse et assassin
Mutation : Illusions
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Fév 2018 - 23:33
De retour de mission, Nikolaï traînassait dans les rues du Bronx. Le crépuscule approchait, les rues étaient désertes et le garçon bataillait ferme avec son anima pour le choix de la couchette du soir. Le quartier n'était déjà pas sûr le jour, mais ne pas avoir d'endroit où dormir pouvait parfois relever du suicide. Vyela couinait sur la tête de Nikolaï.

- Non, on ne peut pas retourner près du garage, on y est depuis trois jours. Je dois vraiment te rappeler l'intérêt de rester en mouvement? Il y a bien le pont, mais je crois qu'un groupe d'hybride s'y est installé... On pourrait leur demander où ils ont dormi la semaine passé, ça nous donnerait peut-être la piste de persécuteurs...

Et la discussion s'éternisa ainsi. Le soleil continuait sa course inexorable en ayant le mérite de ne pas changer de couleur sans prévenir, passant d'un jaune tout à fait acceptable à un orange suspicieux mais néanmoins connu. La loutre s'acharnait à demander le retour au garage, prétextant le toit salvateur, ce à quoi Nikolaï répondait qu'il avait reniflé la même odeur rôdant près de leur position, ces deux derniers soirs.

- Mademoiselle Mon Anima, nos dernières missions ont eu pour but de démanteler l'installation d'un réseau de drogue. Je ne cherche pas à faire le justicier de cette ville, car j'en ai fais des trucs sales, mais s'il y a bien une chose que je sais des dealers c'est qu'ils sont tenaces. Et si ce nez repère quelque chose de suspect, je...

Il fut coupé dans sa tirade par un goût métallique s'installant sur le fond de sa langue. Ce goût, il le connaissait, le rendant à la fois affamé et nauséeux. C'était celui du sang. Ouvrant la bouche pour maximiser la sensation sur son palais, il inspira longuement pas le nez. Il n'eut pas à chercher longtemps et baissa les yeux. Une traînée diffuse traçait un chemin brillant sur l'asphalte sale. La poussière recouvrait déjà presque tout le sang, mais l'odeur persistait. Il s'agenouilla pour tâter la matière, ses doigts étaient légèrement collants. Le sang avait coagulé, mais était encore relativement frais. Il se releva et suivit la traînée. Elle menait à une petite ruelle adjacente, assombrie par les deux imposants bâtiments qu'elle traversait. Là, à peine dissimulé derrière un tas de poubelle, gisait une femme que Nikolaï reconnu au bout de quelques secondes.

- Bordel de... C'est la cliente du mois dernier! Elle m'a demandé de faire passer un message pour sa fille, au fin fond du Queens!

S'agenouillant à ses côtés, il chercha son pouls mais ne se fit pas trop d'illusion. L'entaille sur son torse et l'énorme tâche de sang sur ses vêtements laissaient peu de doute sur son état de santé. Jetant un regard à droite et à gauche, Nikolaï chercha une raison pour cette agression. Pas de sac ou de porte-monnaie malmené, pas de documents traînants par terre, par de poubelles jetées sur le chemin par une fuite précipitée. Ceci le poussa à arracher impudiquement le vêtement de la femme. Mais qu'est-ce qu'un mort aurait à faire de sa pudeur?

L'entaille était là, juste sous le coeur pour éviter les côtes. C'était la preuve qu'il lui fallait. Beaucoup auraient pris ça pour un accident comme il en arrive tant d'autres dans le Bronx. Des gens tailladés pour des raisons aussi stupides qu'un peu d'argent ou même un regard de travers, le jeune loup en avait vu des centaines depuis qu'il vivait dans le quartier. Mais le coup avait été porté avec précision et venait d'un tueur entraîné, vraisemblablement à l'arme blanche. Et bien que certaines "particularités" pouvaient peut-être faire des dégâts de ce genre, Nikolaï était sûr de lui: cette femme avait été assassinée. Laissant un mari esseulé et une gamine orpheline, loin de sa famille.

- Qui a bien pu faire ça... Les assassins, c'est clairement pas ce qui manque dans le coin, je pourrais peut-être tenter de retrouver celui-ci et lui demander en face de quoi il en retourne...

Le garçon approcha son nez du torse de la morte, priant pour que personne n'apparaisse dans l'instant. Il aurait bien du mal à s'expliquer...
Il inspira longuement et décortiqua les odeurs dans sa tête. La femme, ses vêtements, le parfum de très mauvaise qualité trouvé dieu sait où, son mari, et...

Il écarquilla les yeux.

- Cloud la psychopathe.

Son sang ne fit qu'un tour et de colère, il écrasa son poing sur le mur. Il la connaissait de vue, mais surtout de réputation. Et pour le peu qu'il savait d'elle, il connaissait son attrait pour le meurtre gratuit. La rage l'envahit et il tourna la tête en tout sens pour trouver... trouver... Là!! Une piste. Diffuse. Volatile. Infime. Mais une piste tout de même. Il démarra ventre à terre et se souvint à temps qu'il devait courir sur deux jambes.

Pour le moment...
Little Bad Wolf
avatar
Little Bad Wolf
Mutation : Lycanthropie
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Fév 2018 - 14:37
Rencontre
Cloud ft Nikolaï






Quelle belle journée ! On peut dire que la chasse a été bonne, et la paie aussi. Après avoir récupéré notre du, nous repartons, tranquillement, comme si l’on se promenait après une belle balade. C’est comme ça que ça te parait, n’est ce pas, Cloud ? Les plus belles promenades sont celles où tu marches sur les cadavres de tes victimes. C’est celles-ci qui te permettent de gagner ton pain, qui te fait vivre. Regarde, nous repartons par la même direction. Si tu tournes la tête, tu vois la ruelle dans laquelle se trouve encore le cadavre de cette femme.
Tu la voies. Et tu ne cilles même pas. Froide et mortelle, tu ne trembles même pas devant l’assassinat froid et violent que tu as commis. Ce métier te va décidément si bien, ma chère ! Dans ce milieu, une simple hésitation te fera craquer et tout s’effondrera… Maintenant que tu as les mains trempées dans le sang, tu sais que tu ne peux plus t’en sortir. Alors tu continues à te salir toujours plus les mains, à tuer toujours plus, à devenir une véritable assassin. Et puis, tu y as pris goût, maintenant, n’est ce pas ? Continue à me divertir, ma chère, tu ne cesseras jamais de m’étonner et de me divertir…

Oh, mais que vois je ? Un chien en liberté. Ne devrait-il pas repartir voir son maitre ? Ou peut être est ce justement son maitre qui l’a envoyé ? On dit souvent que les chiens sont les meilleurs amis des hommes… Et toi tu es l’ennemie des hommes. Et donc, des chiens aussi.
Tu observes le toutou en question. Il serait plutôt du genre chihuahua, le petit chien. Il est petit, très petit, ce n’est qu’un ado. Enfin, toi aussi au fond. Mais la différence est bien visible. Si toi, tu as les yeux froids et le regard noir, lui il a les yeux encore grands, pas ceux d’un assassin, pas ceux d’une crapule complètement corrompue. Même si personne qui ne vit ici ne peut se prétendre encore innocent.
Tu sais qui est cet homme, n’est ce pas ? C’est l’informateur, tu as entendu parler de lui, mais tu n’as jamais eu besoin de ses services. Tu n’as jamais été intéressée par lui, alors vous n’avez jamais vraiment interagit. Alors pourquoi remue t il la queue devant nous, le toutou ?

Ho, regarde, on dirait qu’il veut te voir. Peut être n’a il pas eu son os ? Peut être croit tu que c’est toi qui a son os ? Peut être devrait tu jeter l’os de la main de ta dernière victime ?
Tu fixes les yeux bleus du toutou, toujours avec ton regard noir et effrayant. Quand deux criminels se croisent, en général ce n’est pas très bon signe. Surtout pour toi en fait. Tu as tellement l’habitude de tuer les gens, que tu ne sais plus communiquer normalement. Alors tu te mets sur la défensive, toujours. Mais cette fois, je crois que tu as raison.
Tu ne t’arrêtes pas. Tu continues ton chemin, passant à côté de lui. Pas une seule fois tu ne détournes les yeux, tu continues de le fixer. Tu connais la chanson ? Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui… tue ~

-Les chats et les chiens n’ont jamais fait bon ménage…

Puis je me mets à ricaner, comme si je me parlais à moi-même, alors que je sais très bien que le toutou a bien entendu.
Pour une fois, tu ne me frappes pas, comme c’est le cas lorsque je dis une phrase décalée. Non, tu sembles même m’approuver. C’est tellement beau, ces moments de complicité entre maitre et anima, lorsque nous sommes sur la même longueur d’onde… intimider tous ceux qui se mettent sur notre chemin.



Illusionniste
avatar
Illusionniste
Métier : Jouteuse et assassin
Mutation : Illusions
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Mar 2018 - 12:07
Trouvée. Bon, la traque n'avait pas été des plus longues, ni des plus difficiles. A vrai dire, l'assassin, à la barbe de toutes les hypothèses les plus élémentaires, était repassé sur la scène de son crime. Regret ? Curiosité ? Volonté de savourer son méfait ? Qu'importe. Elle était là, son immonde anima à ses côtés. Un grondement monte du fond de la gorge du jeune homme, tandis que son regard ne lâche plus sa cible. Qui lui rend son regard, sans toutefois arrêter sa marche. Le chat décharné lui lance une pique. C'en était trop. Il se met à les suivre. Il doit lui dire quelque chose. Lui rendre la pareille. Cette fois, oublié le bégaiement, disparue la gêne, envolée la honte, pulvérisée le sifflement sec des cordes vocales qui se bloquent. Cette fois, il va montrer que le chien peut aboyer plus fort qu'il ne mord. Nikolaï inspire et prépare la plus belle répartie de sa vie.

- Hhh !...

Le retour brutal à la réalité. Toute la bonne intention du monde ne réglera pas un problème aussi ancré. De colère, Nikolaï voudrait hurler. Mais seul un malheureux couinement s'échappe de ses lèvres, rappelant le chiot en bas âge réclamant sa tétée. Rougissant à vitesse grand V, le garçon rassemble son courage. Au moins pouvoir exprimer sa pensée...

- Tu... as... C'est toi qui... La femme...

Pause. Inspiration. Pas terrible, mais la situation était assez claire pour que ses murmures hachés soient compréhensibles. Serrant les poings et cherchant ridiculement à se faire plus petit, il se prépara en vue de la réponse. Il était sûr que c'était elle, son flair ne le trompait jamais. D'ailleurs, elle empestait encore le sang de la pauvre victime... Mais Nikolaï ne ferait rien en cas de doute. La honte de s'être trompé le tuerait. Fébrile, il attend la réponse de la femme. Y allait-il avoir combat ? Il l'espérait. Même si elle n'était pas l'auteure du meurtre de ce jour, le garçon savait qu'il y avait de nombreuses autres personnes qui se réjouiraient de sa défaite.
Little Bad Wolf
avatar
Little Bad Wolf
Mutation : Lycanthropie
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Mar 2018 - 0:32
Menace
Cloud ft Nikolaï






Tu continues de marcher, ne t’arrêtant pas devant le chien qui te fait face. Il n’est pas le premier et ne sera pas le dernier à te détester, ça c’est sur. C’est tellement beau Cloud, personne ne nous ignore, tout le monde nous craint ! Toi qui était une anonyme emprisonnée par ta mère, te voilà devenue une véritable star. Il ne suffit pas d’avoir du talent parfois, on peut simplement supprimer celui des autres.
Tu le sens, Cloud ? Le toutou nous suit. Peut être a-t-il perdu son maître, et qu’il en cherche un nouveau ? Comme c’est dommage, j’aurai dû apporter la laisse. Tu penses qu’il aurait fait un bon animal de compagnie ? Après tout, tu le connais, le toutou informateur, ses services sont bien pratiques. Mais les animaux sauvages doivent d’abord être dressés.
Regarde, il montre enfin les crocs… ou il essaie.

-Hhh !...

Tu hausses un sourcil, te demandant à quoi il joue. Ca alors, me serait je trompé ? Il ne serait pas sauvage, et c’est son collier autour du cou qui l’a autant étouffé ? Pauvre bête, il devrait savoir, qu’un animal domestique trop fidèle ne peut pas être compatible avec une vie de criminel. C’est tellement plus facile de les poignarder dans le dos… dans tous les sens du terme.
Et toi, fière féline indépendante, tu le regardes de haut, n’ayant pour maître que ta propre lame. Ce qui est aussi problématique : que ferais tu si tu la perdais ? Une assassin sans son arme en est elle toujours une ? Je te verrai mal autrement, ma chère.

Je pousse un léger rire moqueur, devant son petit couinement qui se veut menaçant. Qu’en dis tu Cloud ? Devrais je lui montrer comment grogner ?
Oh, je me suis trompé ! Il a lui-même honte de son échec, mais on dirait qu’il n’a pas fini d’aboyer.

-Tu... as... C'est toi qui... La femme…

Ses mots sont hachés, il n’arrive même pas à faire une phrase correctement. Est que le toutou a peur ? Ou est ce qu’il tremble de rage ? Sans doute les deux, tu as l’habitude de ce sentiment, Cloud. Mais c’est aussi pour ça que tu sais que tu dois te mettre sur tes gardes. Que le chien risque de mordre. Et toi, tu te fiches de la maltraitance animale.

-Je ne sais pas. Je ne m’intéresse pas à mes victimes.

Que c’est froid, Cloud. Tu n’as aucune pitié, ni même mépris pour tes victimes, que de l’indifférence. C’est pire que tout l’indifférence, les autres peuvent te maudire, tu n’en as que faire. Alors il te maudissent encore plus, jusqu’à ce qu’ils osent s’aventurer sur ton territoire. Et là, pouf ! Ils sont fichus. Décidément, les affaires marchent bien en ce moment.
Mais même si tu le vois comme un toutou égaré qui renifle des pistes, tu sais qu’il s’agit d’un hybride, et d’un Dué qui plus est. Tu sais qu’il est capable de mordre. Mais ça, tu ne le laisseras pas faire, tu as l’habitude d’attaquer avant qu’on ne t’attaque. Habitudes du métier –décidément, tu es trop sérieuse.
Alors tu sors ton couteau, ostensiblement. Tu veux que le toutou le voie, tu veux qu’il prenne peur, et moi je veux me moquer encore.

-Prend garde à toi, le tueur pourrait rôder dans les parages…

Tu le fixes, de ton regard vert assassin comme l’assassin que tu es. Même un toutou devrait comprendre ces paroles, non ? Mmh, je ne sais pas, les chats ont toujours eu plus d’intelligence que les chiens, je ne pourrai jamais comprendre ces bêtes là.
Alors retourne à la niche, petit chien.



Illusionniste
avatar
Illusionniste
Métier : Jouteuse et assassin
Mutation : Illusions
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar 2018 - 17:48
Attendant quelque peu fébrilement la réponse, Nikolaï ne fut pas déçu du voyage. Ainsi donc, l'être -il aurait été trop gentil de la qualifier d'humain- décide de nier. Et ce chat... Cet anima... Le garçon pouvait voir le rire dans ses yeux fendus. Il le sentait. Son sang bouillait. Il tenta de se calmer en respirant profondément, mais il avait le sentiment d'aggraver les choses. La Bête appelait le combat. Les chats et les chiens n'ont jamais fait bon ménage, hein ? Tu ne crois pas si bien dire, résidu d'éboueur.

Une étincelle se créa à la base de sa nuque et descendit en trombe sa colonne vertébrale, explosant dans ses reins. Ses transformations étaient rarement aussi puissantes, et le jeune loup savait qu'il n'aurait pas le temps de sauver sa tenue. Il eut tout juste la possibilité de retirer sa veste et de jeter son sac au loin, que déjà sa physionomie s'allongeait, prenait de la masse, de la stature. Les crocs éjectèrent ses pauvres molaires humaines, les griffes firent sauter ses ridicules ongles arrondis et une longue queue transperça le tissu de son jogging. Sans crier, la colère effaçant la douleur de la métamorphose, l'immense Volk remplaça le chétif Nikolaï. La bête s'étira de tout son long, faisant jouer les muscles longtemps enfermés et craquant son ossature à la fois jeune et robuste. Il prit une inspiration et expira longuement, tandis qu'une voix lourde et chaude s'échappait de sa gueule en ronronnant et chuintant entre ses crocs.

- Aah... Il y avait longtemps...

Il jeta un regard aux restes de ses vêtements en soupirant de dépit, arrachant le reste de son jogging et secouant les pattes pour se débarrasser des lambeaux de basket. Puis il daigna enfin baisser le regard vers Cloud, cherchant à l'écraser de sa taille.

- Alors petit Chaperon Rouge, ne cherches-tu pas à courir ? Ou peut-être que je me trompe de conte... En tout cas, si tu as un rendez-vous quelque part, sache que tu seras... en retard.

Il remarqua soudain la lame de la meurtrière. Elle était propre, mais il pouvait sentir le sang dessus. Le sang de nombreuses personnes. De rage, il allongea les griffes et s'approcha subitement de la fille. Il baissa la tête jusqu'à être à sa hauteur et souffla.

- Je vois que tu as sortis tes crocs... Laisse moi te montrer les miens !!

Un hurlement inhumain s'échappa de sa gorge, ouvrant grand la gueule pour lui laisser le loisir de remarquer que oui, c'était un loup très propre et non, il y avait peu de possibilité qu'une chair humaine ait la moindre chance là dedans.
Little Bad Wolf
avatar
Little Bad Wolf
Mutation : Lycanthropie
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Avr 2018 - 13:00
Transformation
Cloud ft Nikolaï






Tu es froide, cruelle, très professionnelle. Une véritable assassin : aucune pitié pour ta victime, et encore moins pour ses proches.
Mais comme on le dit souvent, ce sont les chiens, les plus fidèles. Est ce que le chien qui te suit était celui qui veillait sur elle ? Pauvre toutou, dans le Bronx, la fidélité est piétinée par la trahison. Ou par les assassins.
Tu le sens, et je le sens. Malgré tes menaces, il te suit encore, même si tu es passée à côté de lui. Tu as peut être l'air de l'ignorer complètement, mais moi je te vois bien, ma chère. Je vois ta main qui agrippe ta lame, je vois tes muscles se contracter et tes yeux se plisser. Ca veut dire qu'il va attaquer ? Tu penses qu'il va attaquer Cloud ? Tu sais, j'ai tellement hâte de voir ça. De te voir en pleine action, de revoir la bête sauvage tapie au fond de toi, de te voir te battre sans retenue, contre un adversaire à ta hauteur. Je l'avoue, j'aime te voir utiliser toutes tes ressources pour arriver à bout de tes adversaires. Meurtrière, tu es encore plus belle.

Je ralentis le pas, espérant qu'il nous rattrape, espérant le voir faire le premier pas, espérant te voir répliquer avec encore plus de fougue. Et j'avais vu très juste.

Tu entends un bruit derrière toi : c'est le signal qu'il te fallait. Tu te retournes immédiatement, poignard pointé devant toi, et regarde le jeune homme, ou plutôt ce qu'il en restait. La silhouette petite et fluette de l'informateur est remplacée par le loup garou, le vrai, un monstre énorme et très grand qui te domine de toute sa hauteur. Sa forme transformée est aussi musclée que sa forme humaine était fluette. Le toutou montre les crocs, à son tour. Il se met même à te provoquer !
Je me mets à siffler, impressionné. Finalement, il peut être à la hauteur.
Tu fais un pas en arrière, te mettant sur tes gardes. Tu fixes les yeux de la bête, lui lançant ton regard assassin. Ce même regard que tu lances, aux beasts à l'arène. Car s'il se met à t'attaquer, tu n'as aucune raison de le laisser en vie. Lui est peut être un toutou qui veut se venger, mais toi, tu te bats juste pour ta propre vie. Tu n'as aucune hésitation, alors tu sais que tu seras plus efficace.
On dirait qu'il veut se battre, le toutou. A défaut d'avoir émit un glapissement pitoyable il y a quelques minutes, cette fois il se rapproche rapidement vers toi, et se met à hurler, un cri bien bestial cette fois. Mon sourire s'élargit. Cette fois, je l'apprécie un peu plus.

-Ouh ouh ! Que j'ai peur ~

De la provocation ? Sans doute, mais à vrai dire la première personne que je provoque, c'est ma propre mutante.

Mutante qui d'ailleurs prend les choses très au sérieux. Enfin ! J'aime te voir dans le feu de l'action.
Et grâce à l'expérience, tu comprends tout de suite : tu dois utiliser la ruse avec tes illusions.
Tu analyses rapidement ton environnement. Si tu utilises tes illusions ici et maintenant, le toutou risque de voir la supercherie. Alors tu recules, lui lançant un regard de provocation pour t'assurer qu'il te suive.

-Tu penses être le seul a savoir faire ca ?

Et, immédiatement, tu te retournes et coures, du plus vite que tu le peux, pour ne pas qu'il te rattrape. Je te suis, et, comme toujours, j'ajoute à la provocation.

-Voyons si ce n'est pas que du flan, le toutou.

Tu ne cours vraiment pas longtemps. Déjà, tu tournes au premier coin de rue. Profitant de l'effet de surprise que l'environnement peut t'offrir, tu invoques aussitôt l'une de tes illusions, celle d'une Beast, très grande, un peu moins que le toutou cependant. Mais ce sera déjà suffisant pour le déconcentrer et le surprendre. Tu te caches derrière une poubelle, couteau en main, prête à sauter sur le toutou s'il tombe dans le panneau et se rue sur ton illusion, s'exposant complètement à toi.



Illusionniste
avatar
Illusionniste
Métier : Jouteuse et assassin
Mutation : Illusions
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doucereuse Agonie. :: New-York City :: Le Bronx-