Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Talk to me, maybe ? ♪ ft. Hiroshi [1.2]
Lucrezia C. Tozzi
Friendzoneuse Pro
Lucrezia C. Tozzi
Métier : Lycéenne & Fleuriste
Friendzoneuse Pro
Sam 8 Déc 2018 - 21:43
bloc

Talk to me, maybe ?


Qu’est-ce que je fais là… elle se le demande bien, assise au rang du milieu dans les gradins du stade du lycée. Ce qu’elle fait là, c’est simple pourtant, elle attends Hiroshi, son pote Hiroshi. Elle a cette désagréable impression qu’il n’est pas lui même dernièrement, qu’il se force, et aujourd’hui, elle s’est dit qu’elle lui en parlerait et proposerait une oreille attentive si il avait besoin de parler -elle espérait que ce ne soit pas le cas, que rien ne dérange son ami, que ce soit juste elle qui se fasse des films toute seule et pour rien.

pourquoi je suis là… pourquoi j’ai pas attendu ailleurs… Parce qu’elle avait peur de le manquer si elle attendait à la sortie du lycée, parce que pour une fois elle voulait le voir jouer au football américain -un sport qu’elle ne comprenait pas du tout, d’ailleurs. Il est incroyablement cool sur le terrain d’ailleurs, elle ne peut s’empêcher de remarquer. Elle ne peut s’empêcher d’esquisser de son crayon la silhouette d’Hiroshi qui court dans son uniforme, la balle à la main… Elle soupire, impossible de lui rendre justice, il est bien trop beau cool pour être dessiné.

Elle quitte les gradins quand les joueurs retournent aux vestiaires une fois l’entraînement fini, elle attendra devant la sortie des vestiaires, un peu éloignée de la foule de lycéennes qui attendent toujours là aussi, dans l’espoir de pouvoir adresser un mot au capitaine de l’équipe, ou qui attendent leur petit-ami, ou qu’importe, Lucrezia s’en fiche, tout ce qu’elle sait c’est que beaucoup trop de filles s’amassent devant les portes et elle espère qu’aucune n’est là pour Hiroshi -elle sait que c’est le cas pourtant, il est populaire, l’enfant. en même temps, il y a de quoi.

Elle aime pas la foule, elle aime pas ces filles qui sont trop grandes et qui la dépassent de plusieurs centimètres et elle aime pas être petite. Elle se met sur la pointe des pieds, guettant la porte et les joueurs qui sortaient des vestiaires changés.

Revenir en haut Aller en bas
Xiel Hiroshi D'Ilgar Fon
Métier : Bourreau des cœurs
Mutation : Métabolisme rapide
Colgate Smile
Mar 11 Déc 2018 - 15:54



Talk to me, maybe ?

When you say you've had enough
And you might just give it up
Oh, oh
I will never let you down
When you feeling low on love
I’ll be what you dreaming of
Oh, oh
I will never let you down


Le vent contre le visage. Et je cours. Et je cours. Pour l’équipe. Pour moi. Surtout pour moi. Ce n’est qu’un entrainement, mais je me donne à 100 %. Non, 200 %. Pourtant, je trouve que je n’en fais pas assez. Pas suffisamment pour oublier. Oublier la réalité. Peut-être même m’oublier. Je peste contre un camarade. J’en suis surpris moi-même. Cela ne me ressemble pas. Je m’excuse aussi sec. J’en rougirai presque. Ne pas penser. Ne plus penser.

Ne plus penser à cette horrible soirée. Soirée où les beasts sont entrés en ville par on ne sait quelle sorcellerie. La situation est pourtant censée être meilleure. C’est en tout cas ce que tout le monde disait. Surtout ce que tout le monde voulait croire. Cette soirée-là, j’ai compris que tout n’était que du vent. J’ai réalisé que le danger existe toujours. Tapis dans l’ombre. Dans l’ombre du cœur de mon père aussi. Un choc. Un bouleversement. Plus de peur que de mal. Une absence maintenant. Absence qui m’obsède. Alors je joue. Alors je sue pour oublier, mais ce n’est pas suffisant.

Le coach finit par nous dire que l’entrainement est fini. C’est passé trop vite à mon goût. Je file dans les vestiaires. Une douche avant de s’habiller. Puis le sac sur l’épaule, je m’apprête à sortir. Trop de monde. Trop de meufs. « T’étais super Hiroooo ! » Je souris. Et puis. Et puis, je la vois. Elle. Toi. Lulu, ma Lulu. « Hiro, tu m’écoutes ? – Non. Euh… Sisi ! Je te laisse. » Je ne fais pas attention à la fille alors que je marche vers toi. C’est ton pouvoir magique : rendre invisible toutes les autres filles à mes yeux.

« Salut, Lulu ! » lancé-je dans un sourire. « Ça y est, tu te passes plus de moi, tu viens m’attendre à la sortie des vestiaires maintenant ! » ajouté-je dans un sourire un peu idiot pendant que j’imagine Touchdown lever les yeux au ciel. Je me rends compte que je t’ai un peu négligé ces derniers temps… Alors que tu es tout pour moi. Je passe un bras sur tes épaules pour te coller à moi tel un géant bodyguard. Le tien. Rien qu’à toi. T’es vraiment minuscule, il n’y a pas à dire. Et je suis plus jeune que toi !

« Restons pas là. Elle aimerait aller se poser où, la mini femelle ? » Ça taunt sévère ! Mais tu sais bien que je rigole.




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia C. Tozzi
Friendzoneuse Pro
Lucrezia C. Tozzi
Métier : Lycéenne & Fleuriste
Friendzoneuse Pro
Mar 11 Déc 2018 - 21:01
bloc

Talk to me, maybe ?


Alors déjà, son prénom c’est Hiroshi, elle pense avant d’arrêter d’essayer de lire sur les lèvres de cette fille qui parle avec le garçon. Jalousie. Elle se concentre sur lui, espérant qu’il la remarque vite -il la remarque toujours.

Elle lui sourit timidement, lui fait un signe de main et ça y est, il ne porte plus d’attention à l’autre, qu’il laisse d’ailleurs en plan pour se diriger vers elle. Lucrezia se retient de ne pas sourire de plus belle en recevant les regards mauvais des fangirls. Jalousie. Jalousie et Vivaldi qui lui tape le crâne du bec.
T’abuses Lucrezia, vraiment.

Elle le sait bien, mais c’est pas de sa faute si elle n’aime pas qu’Hiro -oui, elle à le droit de raccourcir son prénom, elle- soit si populaire. Elle est possessive en amitié faut croire. Amitié, ouais.

La rousse roule des yeux au ciel, faussement exaspérée par les paroles d’Hiroshi. Et elle rit silencieusement aussi, se cachant la bouche d’une main pour être sûr qu’aucun son n’en sorte. Elle lui donne une légère tape sur le bras, il abuse. Il abuse, mais il a raison : Elle ne saurait plus se passer de lui et c’est pour ça qu’elle est là aujourd’hui. Parce qu’elle le sent distant, parce qu’elle se sent négligée… Elle se sent égoïste, là.

Il passe un bras autour de ses épaules et l’attire à lui. Elle se sent toute petite par rapport à lui -elle l’est- et ne se dégage pas tout de suite, elle prend d’abord un instant pour recharger ses batteries. Trop longtemps qu’elle ne l’avait pas vu d’aussi près. Trop longtemps qu’il ne l’avait pas pris dans ses bras, ce qu’il fait un peu trop souvent, il est tactile, et ça devrait peut-être la dérager plus que ça. Trop longtemps qu’elle n’avait pas été entourée par son odeur de garçon.

Elle finit quand même par se dégager, déjà parce qu’elle doit donner le change et ne pas trahir qu’elle adore être collée contre lui comme ça, mais aussi parce qu’elle doit lui répondre -et que c’est compliqué de lire sur ses lèvres quand il est aussi proche.

Elle hausse les épaules avant de sortir son carnet et son stylo de son sac, ils ne sont pas loin, elle venait de les ranger. Elle l’ouvre à l’envers, exprès pour être sûre de ne pas tomber sur l’une des pages où il est dessiné :
« Trop aimable. Je te laisse le choix, là où le Mâle Alpha ira, j’irais ». C’est fatiguant de toujours s’énerver alors elle rentre dans son jeu pour une fois.

Revenir en haut Aller en bas
Xiel Hiroshi D'Ilgar Fon
Métier : Bourreau des cœurs
Mutation : Métabolisme rapide
Colgate Smile
Sam 15 Déc 2018 - 11:39



Talk to me, maybe ?

When you say you've had enough
And you might just give it up
Oh, oh
I will never let you down
When you feeling low on love
I’ll be what you dreaming of
Oh, oh
I will never let you down


Un vaste sourire illumine on visage. Sourire fier. Le Mâle alpha… ouais, ça me va plutôt bien ! Je te regarde de toute ma taille. « Ahah ! Tu avoues donc que je suis ton Mâle alpha ! » Je hausse plusieurs fois les sourcils dans un wink wink pour t’embêter. Ceci dit… C’est étrange que tu protestes pas. En général, quand je fais mon numéro de boy dominant, tu prends un malin plaisir à m’embêter. Me contredire. Là rien. Même pas un « pffff t’es bête » ! D’ailleurs, je me demande pourquoi les filles sortent toujours cette réplique quand les garçons les taquinent ? Bah, sans doute un des nombreux mystères de femelles incompréhensibles pour les mâles !

Comporte-toi en mâle alpha alors : soulève là et roule-lui une pelle ! Sérieusement, cet anima… si je l’écoutais, on serait déjà mariés et avec une floppée de marmots dans les bras. Non pas que ça me dérangerait… Je fais comme s’il n’avait rien pensé et engouffre mes mains dans mes poches en avançant tranquillement. Vers je ne sais pas où en réalité. Tiens donc, un banc dans la cour du lycée. « Tu veux qu’on se pose tranquillou là ? » demandé-je. Enfin, je demande, mais je pose déjà mon fessier sur le banc. Après tout, c’est le Mâle alpha qui décide. Non ? Au pire, nous pourrons toujours migrer ailleurs plus tard. Pour ne pas dire roucouler.

Je pose mes yeux sur toi. Ta jolie petite bouille. Tes beaux yeux. Tes belles lèvres. Tes belles formes… Réalisant que je te matte sans vergogne, je reporte mon regard dans tes yeux. Espérant que tu n’aies pas fait attention. Putain, on se voit pas depuis des lustres et voilà que je sais plus me tenir. Bravo Hiro, bravo ! Je m’approche de toi. Glissant aussi discrètement qu’un éléphant en tutu pour venir me coller à toi. Encore. Toujours ? Je pose un bras sur le banc. Au-dessus de toi. Le mâle alpha marque son territoire… Oh, ta gueule toi ! « Désolé, j’étais pas trop présent ces derniers temps… » lancé-je un peu penaud. Absence physique ou mentale, mais quand je te regarde. Oui quand je te vois là maintenant, je ne peux m’empêcher de me trouver bête.

Quand même… qu’est-ce que t’es belle !



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia C. Tozzi
Friendzoneuse Pro
Lucrezia C. Tozzi
Métier : Lycéenne & Fleuriste
Friendzoneuse Pro
Jeu 20 Déc 2018 - 15:30
bloc

Talk to me, maybe ?


Mais qu’est-ce qui t’as pris, Lucrezia ? Il lui avait pris qu’elle avait oublié la stupidité masculine un instant et qu’elle en paierait le prix, probablement qu’Hiroshi ne la laisserait pas en voir le bout. La rousse secoue la tête, moitié amusée, moitié exaspérée par le comportement pourtant habituel de son ami -elle ne lui en tient pas rigueur. Elle ne lui en a jamais voulu d’être comme ça, boys be boys comme on dit.

Elle le suit jusqu’à un banc où elle s’assoit à coté de lui, à distance respectable. C’est le moment où elle doit parler, là, mais elle perd un peu ses mots. Comment aborder le sujet ? Elle ne peut pas simplement lancer un « ouais j’ai remarqué que t’avais pas l’air dans ton assiette est-ce que tu veux qu’on en parle ? » ça ferait sûrement bizarre.

Elle gribouille sur un coin de son cahier avant de finalement relever les yeux vers Hiroshi, c’est quand même la première fois qu’elle n’arrive pas à s’exprimer devant lui. Elle n’a parfois même pas besoin de le faire, il la comprend juste.

Elle voit comment il la regarde et ça la gêne, un peu, alors elle rougit et lui écrit un simple
« est-ce que tu peux arrêter de me regarder comme ça ? » non parce que son coeur s’emballe et qu’elle ne peut pas s’empêcher de se demander si il la trouve jolie. c’est pas ça la question Lucrezia, la question, c’est est-ce que je lui crève les yeux maintenant ou plus tard ?

Smoothly, Hiroshi s’approche, un bras sur le banc et Lucrezia s’éloigne tout aussi smoothly, plus par habitude qu’autre chose, et aussi pour calmer son coeur qui bat toujours trop fort quand Hiro est si près.

« Ne t’en fais pas pour ça, je comprends que tu puisses avoir besoin de temps tout seul… » elle écrit, attristée devant son air penaud. « Juste, souviens toi que je suis là pour toi si tu veux parler de quoi que ce soit ? » elle change rapidement de page pour continuer. « Je veux dire, j’ai remarqué que tu as l’air ailleurs ces temps-ci et je n’aime pas te voir comme ça, te savoir… triste ou embêté ou je ne sais pas quoi… Je ne te serais peut-être pas d’une grande aide, mais je suis douée pour écouter alors si jamais tu as besoin de parler, je suis là aussi. »

Il devait savoir qu’elle n’était pas là que pour les sourires, pour les étreintes après les victoires de football américain, la popularité montante d’Hiro. Elle était aussi là dans les moment où ça n’allait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Xiel Hiroshi D'Ilgar Fon
Métier : Bourreau des cœurs
Mutation : Métabolisme rapide
Colgate Smile
Dim 23 Déc 2018 - 14:50



Talk to me, maybe ?

When you say you've had enough
And you might just give it up
Oh, oh
I will never let you down
When you feeling low on love
I’ll be what you dreaming of
Oh, oh
I will never let you down


Merde ! Tu m’as grillé à te reluquer ? Bro, en même temps, t’es tout sauf discret ! Je rougie un peu. Déviant le regard pour te laisser un peu d’air. « Pardon, pardon ! » Surtout embêté à l’idée que tu imagines que je sois un gros pervers. Ce que je ne suis pas. Absolument pas. Oui, bien sûr. Et puis, là n’est pas la conversation, mais je me demande si je ne préfèrerai pas parler de ma stupidité. Plutôt que m’aventurer sur la pente glissante des confidences.

« T’es adorable. » lancé-je en lisant tes petits mots. Tu écris tellement bien. Même sur ton carnet. Sans doute un autre super pouvoir de fille, ça. « Mais… Je, je sais pas… » Et soudainement, je trouve mes converses vachement plus intéressantes que ta bouille. « J’suis un garçon. Je suis programmé pour te faire des blagues nulles. T’embêter et te soulever parce que t’es minuscule et toute légère. Jouer au Mâle alpha et t’exaspérer. » Finalement, je te regarde de nouveau dans les yeux. « Te dire… que t’es la fille la plus jolie de tout le lycée. » En réalité, c’est la première fois que je te le dis. Je sais pas. C’est sorti tout seul. Enfin !

« Mais… me confier… Est-ce que les garçons sont pas censés être tout le temps fort ? » Un mâle. Un vrai. Poser ses balls sur la table et imposer son autorité à tout le monde. Autant de clichés de merde qui nous tuent de l’intérieur. Nous empêchent de montrer quelques parcelles de faiblesse. Parce qu’après nous, le chromosome Y est dépourvu de failles et de larmes. Non ? C’est en tout cas ce qu’on nous dit depuis le plus jeune âge. « C’est moi qui dois te protéger… » Je passe tendrement une main dans tes beaux cheveux. Ce que je peux avoir envie de te prendre dans mes bras.

« Tracasse. Je suis un Mâle alpha. Je gère ! » Du moins, j’essaye.
Sourire colgate.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia C. Tozzi
Friendzoneuse Pro
Lucrezia C. Tozzi
Métier : Lycéenne & Fleuriste
Friendzoneuse Pro
Dim 30 Déc 2018 - 22:47
bloc

Talk to me, maybe ?


Lucrezia secoue la tête avec un petit sourire, l’air de dire que ce n’est pas grave. Elle était juste un peu gênée sur le moment. Elle ne sait jamais où se mettre quand on la regarde comme ça. Quand on regarde ses courbes. Autant, elle est totalement au courant qu’elle a un joli visage, autant, elle n’est pas aussi confiante quand il s’agit du reste de son corps.

Elle offre un sourire à Hiroshi : ouais, être adorable c’était son passe-temps favori, surtout quand elle était avec lui.
« Ce n’est pas grave si tu sais pas, tu n’es pas obligé de parler, je te disais juste que si tu en ressentait le besoin ou l’envie, j’étais là. » elle ne va pas le forcer, surtout que ce n’est pas forcément facile de mettre des mots sur nos problèmes ou nos émotions.

de quel droit est-ce qu’il se permet ? crie Vivaldi alors que Lucrezia rougit sous le compliment. Elle baisse la tête, laissant ses cheveux retomber devant son visage et cachant ses joues brulantes. Non, vraiment, elle ne sait pas quoi répondre à ça… qu’à ses yeux, il est le pus beau du lycée aussi ? Non, elle n’oserait jamais. Et puis même, le sujet n’est pas là.

Elle se mordille la lèvre inférieure, et reprend son carnet et son stylo.
« Tu dis n’importe quoi Hiroshi, c’est pas une question d’être un garçon et d’être fort… » elle lui dépose le carnet sur les genoux, les mecs et leur virilité mal placée là. Elle le laisse passer une main dans ses cheveux, c’est limite si elle ne fond pas contre sa grande main en fait… ce qu’elle aime le savoir tout près.

Et elle en a marre de son discours de mâle alpha, elle en a marre d’être vue comme une demoiselle en détresse à proteger. Elle veut le protéger aussi. De tout. Elle pose ses deux index aux coins des lèvres d’Hiroshi et lui fait retirer ce sourire en carton.  Elle lui prend ensuite la main et la serre dans les siennes. Ah et puis mince aussi, elle le prend dans ses bras et le serre fort, se retenant fort fort de ne pas lui redire tout ce qu’elle a déjà écrit à voix haute, elle a trop peur.


Revenir en haut Aller en bas
Xiel Hiroshi D'Ilgar Fon
Métier : Bourreau des cœurs
Mutation : Métabolisme rapide
Colgate Smile
Lun 31 Déc 2018 - 11:57



Talk to me, maybe ?

When you say you've had enough
And you might just give it up
Oh, oh
I will never let you down
When you feeling low on love
I’ll be what you dreaming of
Oh, oh
I will never let you down


Bien sûr ma petite Lulu que je raconte n’importe quoi. C’est bien la seule chose que je sache faire à peu près correctement. Ça et le football. Si je ne racontais pas n’importe quoi, qui pour t’embêter ? Qui pour te faire étirer ce petit sourire aussi amusé que blasé quand je me la joue Mâle alpha ? Qui pour amuser la galerie ? Faire oublier que le monde n’est pas si rose. N’est-ce pas ce que je fais à longueur de journée ? Faire de mon mieux pour distiller ma bonne humeur. M’occuper des autres à défaut de moi.

Évidemment, mon sourire en carton n’est pas très efficace. Je te sais assez maligne pour savoir comprendre. Savoir lire en moi comme dans un livre ouvert. Tu n’es pas comme toutes ces meufs qui m’attendent à la sortie des vestiaires. Elles pensent me connaitre. Elles se trompent. La seule qui me connaisse, c’est toi. Tu effaces bien vite mon faux sourire du bout de tes petits doigts. Je te regarde ensuite te lover contre moi. Alors je te prends à mon tour dans mes bras. Doux reflex. Tendre reflex. Je te serre fort. Câlin musclé, mais pas trop. T’as l’air si fragile dans mes bras. Je t’engouffre contre mes pectoraux. Mais roule-lui une pelle ! Elle est dans tes bras, putain ! Tu attends quoi de plus comme signe ? Qu'un halo de lumière descendant du ciel vous encercle ?! « Je… »

Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime ! Putain, pourquoi c’est si dur à dire ? Depuis le premier jour où mon regard a croisé le tien. Depuis que j’ai pris l’habitude de me poser à côté de toi dans la cour du lycée. Je pose mon menton sur le haut de tête. J’ai envie de te protéger de tout et tout le temps. J’en oublie que tu es plus robuste que t’en as l’air. Aveuglé par mon égo de mec. T’as pas besoin de muscles pour protéger. Tu as juste à être là, mais je ne le comprends pas. Pas encore. « C’est… mon daron. J’ai plus de nouvelles depuis l’attaque des beasts. » finis-je par lâcher. Parce qu’entre t’avouer que je suis fou amoureux de toi et révéler ce qui me tracasse. Finalement, la deuxième option est plus simple.

Je relève la tête pour te regarder. Plonger dans tes beaux yeux. J’ai même plus envie de parler. Encore moins de faire des blagues nulles. Comme si cet aveu avait absorbé toute volonté. Je crois. Je crois que mon cerveau se déconnecte. Il ne me reste que mon instinct. Il me hurle de t’embrasser. Poser mes lèvres contre les tiennes. Alors pour une fois, je l’écoute. Et. Et. Et…

Je me penche vers toi pour t’embrasser.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia C. Tozzi
Friendzoneuse Pro
Lucrezia C. Tozzi
Métier : Lycéenne & Fleuriste
Friendzoneuse Pro
Mar 8 Jan 2019 - 18:11
bloc

Talk to me, maybe ?

Si il ne veut pas parler, ce n’est pas grave. Elle sera la quand même. Même si elle ne peut pas l’aider à trouver solution à ses problèmes inconnus, elle est là. Elle le serre contre elle peut-être aussi tendrement que lui, la serre en retour.

Reprenant un peu ses distances, Lucrezia incline la tête sur le coté l’air de dire « Tu …? », l’intimant à continuer sur sa lancée. Seulement si il se sent prêt à parler. Elle n’a pas envie de le forcer ou de le mettre mal à l’aise. Hiroshi pose son menton sur le haut de la tête rousse de Lu’ qui le laisse faire. Elle a l’impression d’être mise en sécurité, d’être protégée alors qu’elle n’en a pas besoin. Elle va bien, elle. Et ce n’est pas le cas d’Hiroshi. C’est lui qui doit être protégé en ce moment : de tout ce qui ne va pas, de ses tracas. Elle veut le protéger, comme lui la protège toujours.

Pardon ? Lucrezia ouvre des grands yeux et se dégage de nouveau de l’étreinte d’Hiro. Comment ça plus de nouvelles ? Elle s’attendait à beaucoup de choses mais certainement pas à ça… Elle ne peut rien faire pour lui si c’est quelque chose d’aussi grave, rien à part être là pour l’écouter parler de ses inquiétudes… Elle ne sait pas du tout quoi lui répondre alors elle reste silencieuse, cherchant les bons mots…


Lucrezia… Le ton de Vivaldi la fait revenir à la réalité juste à temps pour remarquer qu’Hiroshi est en train de se pencher vers elle. Lucrezia, esquive.

Elle est habituée à esquiver, elle a déjà du le faire quelque fois en soirée quand certains mecs lourds se pensaient autorisés à faire un pas vers elle… Ouais elle le sent, qu’Hiroshi va l’embrasser, mais elle le sent pas pareil que d’habitude. Elle se sent pas mal à l’aise. Elle a pas envie d’esquiver.

Et donc elle s’approche aussi, même si Vivaldi rouspète…
Tu devrais pas.

Elle devrait pas, non, parce que c’est pas le moment. Parce qu’elle veut pas que ce soit un baiser de réconfort quand Hiroshi va pas bien, quand Hiroshi est perdu. Alors elle baisse la tête et attrape son carnet et son stylo.

« Hiroshi… Tu peux pas faire ça après m’avoir annoncé que ton père avait... Disparu ou je sais pas. »

Revenir en haut Aller en bas
Xiel Hiroshi D'Ilgar Fon
Métier : Bourreau des cœurs
Mutation : Métabolisme rapide
Colgate Smile
Sam 12 Jan 2019 - 14:46



Talk to me, maybe ?

When you say you've had enough
And you might just give it up
Oh, oh
I will never let you down
When you feeling low on love
I’ll be what you dreaming of
Oh, oh
I will never let you down


Je ne sais trop pourquoi je me penche pour t’embrasser. Une étrange envie subite qui me pique. Envie que je refoule depuis bien des mois maintenant à chaque fois que je te vois. Toutes les fois où je te croise. Pourquoi maintenant ? Je ne saurai le dire. Peut-être l’envie d’avoir du réconfort. Rattrapé le temps perdu. A moins que ce ne soit moi d’un peu perdu. Mais je ne goute pas à tes belles lèvres, tu baisses la tête. Je me redresse alors, tout penaud.

Je lis ton petit mot et comme si mon cerveau se rebranchait alors, je rougie comme une pivoine sur-le-champ. « Pa…pardon ! » lancé-je alors que la chaleur de mes joues me brule. Je me décale. Brisant dans le même temps mon étreinte. Ne pouvant plus rester à me coller contre toi. « Mon cerveau s’est débranché, désolé… » poursuis-je tout en décalant mon regard vers Touchdown qui lève les yeux au ciel.  

C’est vrai, peut-être que c’était pas le bon moment. Et si tu avais pensé que je voulais juste du réconfort ? Que tu n’étais qu’une envie passagère ? Putain ! Est-ce que j’ai tout foiré ? Ou alors. Ou alors… peut-être que tu veux simplement pas de mes baisers. Que je t’attends pour rien. Et si tu m’aimais pas comme je t’aime ? Je sais pas. Je ne sais plus et je n’ai plus envie de réfléchir. Cette seule pensée me tue. Alors je me lève sans crier gare. « J’te dérange pas plus. » Et je me casse. Purement et simplement. Je te tourne le dos et je file à l’anglaise. Tu fuis, oui !

Je me mets en auto-pilote et je prends le chemin de la maison. J’ai plus de nouvelles de mon daron et maintenant la seule fille que j’aime me repousse. Bien. Bien. Est-ce que je me défénestre de suite depuis le haut de ma chambre ou j’attends encore un peu ? Ta chambre est au premier, Hiro… C’est vrai ça, je crèverai même pas. Je serai juste dans un sale état. Je crois qu’il me reste plus qu’à aller soulever la première meuf qui me tombe sous la main pour oublier. Au moins pour ça, j’ai l’embarras du choix !


HRP : Tu peux bien sûr lui courir après si tu veux ! Winkheart

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: