Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Event 1.2] À la recherche de la Beast perdue, feat. Ken
Au'ura Tauwhiro
Missing Nemo
Au'ura Tauwhiro
Missing Nemo
Mer 12 Déc 2018 - 14:51

Cher Francis Journal
Cela faisait quelques temps que j’observais une Beast Marine, qui était toujours aux mêmes environs, proches de Coney Island mais qui ne nécessitait pas que l’on pénètre dans cette zone. Je venais environ une fois par semaine, quand j’en avais le temps, pour voir comment elle évoluait et pouvoir en apprendre un maximum grâce à elle. Bien sûr, je n’avais pas tenté de l’approcher, elle m’aurait attaqué et je n’aurais pas pu étudier ses habitudes, je lui aurais peut-être fait changer de zone car elle ne se sentirait plus en sécurité ici. J’avais trouvé un bon poste d’observation, un peu à l’écart, mais qui laissait une bonne vue sur l’eau. J’étais assez fière de moi sur cette trouvaille mais n’en avais parlé à personne. Ils auraient probablement tenté de la capturer pour leurs études ou de la tuer. Non, ce qui m’intéressait, c’était ses habitudes.

L’observation était pourtant quelque chose d’assez long et on pouvait vite s’ennuyer en le faisant seul, c’est pourquoi aujourd’hui j’avais demandé à quelqu’un de m’accompagner : Ken. Il rêve d’être Agapè, qui sait pourquoi ! Je commençais à le connaître un peu et je le trouvais beaucoup trop gentil pour l’idéologie des Agapès, mais j’admirais sa passion et le fait qu’il ne lâche jamais son rêve. Surtout que son pouvoir ne semblait pas intéresser la garde, donc il avait vraiment peu de chance d’en faire parti un jour. Sauf que son optimisme me plaisait, alors parfois je l’amenais dans des missions sans risques, quand je savais qu’on n’allait pas avoir à combattre. Bien sûr, je ne lui disais pas. Je lui proposais de m’accompagner parce que c’était moins dangereux à deux et qu’il pourrait m’aider. Ce n’était pas entièrement faux, c’était sûrement moins dangereux à deux, mais je ne l’avais jamais vu combattre honnêtement et je ne savais pas dans quelle mesure il serait capable de m’aider. J’espérais vraiment qu’on ne se ferait pas attaquer parce que je ne voudrais pas lui donner l’impression de le protéger, ce qui est probablement ce que je ferais parce que je ne pourrais pas m’en empêcher, l’habitude de défendre mes frères je suppose.

Mon lieu d’observation était un vieux cabanon, proche de l’eau mais assez en hauteur pour ne pas être atteint. J’avais indiqué à l’avance à Ken le lieu, pour qu’on se retrouve directement sur place, mais j’étais en avance. Je  m’installais donc par terre et préparais mes papiers pour pouvoir prendre des notes. Je réfléchissais à ce que je pourrais bien demander à mon accompagnateur. Je n’allais pas juste lui demander de rester là et ne rien faire. Ce n’était pas un scientifique mais tout de même, il pouvait se rendre utile.

J’étais profondément plongé dans mes réflexions à ce sujet quand Ora colla sa tête à mon front. Il faisait cela quand il voulait me sortir de mes pensées. Je relevais la tête et, instinctivement, je regardais le lieu d’apparition habituel de la Beast. Elle n’était pas encore là, ce que je trouvais surprenant. Je fronçais les sourcils à cette constatation, mais Ora me sortit à nouveau de mes pensées.

- Qu’est ce que tu fais ? Ken arrive.

Je réalisais alors que ce n’était pas pour la Beast que mon anima m’avait fait sortir de mes pensées. Trop préoccupées, je n’avais pas réalisé qu’il était proche. Je tournais la tête dans la direction indiquée par mon anima pour réaliser qu’effectivement, la silhouette du jeune Sourgê approchait. Je souris et levais ma main en l’air pour lui faire signe.
Revenir en haut Aller en bas
Ken Stevenson
Smileman, le séducteur
Ken Stevenson
Smileman, le séducteur
Mer 20 Fév 2019 - 16:31


TUT TUT TUT TUT TUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT !

Tu te réveilles en sursaut, bondissant du lit quand tu vois l’heure qui s’affiche ! Aujourd’hui c’est le jour J ! Tu vas enfin pouvoir montrer tes talents ! Comment ? Et bien, car une agapè avait décidé de faire appel à toi ! Pourquoi ? Pour la protéger ! Et oui, même si tu n’avais pas pu les rejoindre, ils avaient besoin de toi ! Comme quoi, tu es vraiment, mais alors vraiment indispensable ! Tu n’en as jamais douté ! Oubliez ta petite déprime sous la couette, aujourd’hui ton sourire pourrait illuminer le monde entier. Sauf qu’il faisait jour et que du coup il brillait pas vraiment. Pour l’instant. A cause de l’excitation tu n’avais pas réussi à dormir de la nuit, trop occupé à t’imaginer à sauver la jolie Au’ura des griffes d’une beast hideuse. Elle t’aurait remercié les larmes aux yeux et pour te récompenser elle allait convaincre les autres de faire de toi un Agapè. Tu serais devenu riche et puissant –du moins encore plus que maintenant, ainsi tu aurais pu veiller sur ton frère et ta sœur !  Un vrai HAPPY END ! Bref, de quoi tenir ton cerveau en ébullition jusqu’à 5H du matin où tu avais enfin pu sombrer dans un sommeil profond. Du coup tu n’avais pas entendu ton réveil, qui sonnait sûrement depuis une bonne trentaine de minute. Bon, heureusement, tu n’étais pas encore très en retard, rien que tu ne pourrais rattraper en tout cas ! Quitte à courir, puis cela t’échaufferait au moins !

Tu te dépêches, c’est que tu n’es jamais en retard à un rendez-vous ! Enfin jamais plus d’un quart d’heure ! Ou d’une heure ? Dans tous les cas tu as toujours une bonne raison ! Alors tu files en caleçon bob l’éponge jusque dans la kitchenette pour en tirer une bouteille de lait et en avaler une longue rasade que tu recraches de suite. Tu essuies ta bouche en lâchant un gros « BERK », avant de regarder le lait avec suspicion et de te mettre en renifler l’ouverture, avant de l’éloigner à nouveau de ton nez. Ça puait. Ça schlinguait à mort. Bref c’était dégoûtant. DE-GOU-TANT.  Tu laissas tomber la bouteille dans la poubelle sans prendre attention au tri collectif. De toutes façons tu n’y comprenais rien. Après avoir nettoyé scrupuleusement ta bouche, la désinfectant du goût affreux, tu t’habillas tout en mangeant ton yaourt. Jean troué, t-shirt et blouson en cuir, une paire de chaussette –dont une avait un trou qui resterait là àjamais, ta mère n’étant pas là pour le recoudre et enfin une paire de rangers. Voilà. Une tenue parfaite pour jouer les gardes du corps. Tu étais fin prêt à partir. Dernière vérification de l’heure. Large le temps ! T’es vraiment trop fort !  Tu sors, tu files comme le vent tout en faisant un clin d’œil à la jolie voisine de pallier, en saluant le papi d’en dessous et en aidant même une petite dame à traverser ! Super Ken ! Tu souris, les gens du quartier te saluent et tu rends chaque signe, chaque bonjour, chaque sourire ! Une vraie lumière Ken ! Deux gosses te suivent en courant pendant une rue avant que tu ne les distances en riant car tu n’as pas le temps de jouer avec eux ! Une vraie mascotte !

Bientôt tu arrives vers le point de rendez-vous, tu as le cœur qui bat la chamade, tes joues sont légèrement rouges. Tu cherches des yeux ton amie. Car elle est ton amie, ce n’est pas une simple connaissance. D’ailleurs tu as parlé à tout le monde de ton rendez-vous du jour. Faut dire que tu ne peux pas tout le temps te vanter d’avoir été demandé par quelqu’un appartenant à la classe sup ! M’enfin, tu serais venue même si elle n’était pas de la haute. Parce qu’elle sympa et jolie ! De toutes façons, tu aimais rendre des services ! Gentil Ken ! Elle te fait signe ! Elle t’a vu ! Tu souris encore plus, cours à nouveau en levant les bras en retour. Tu accélères. Tu as toujours aimé courir. Tu es un sportif. Pris dans ton élan et ton enthousiasme, tu ne fais pas gaffe et alors que tu arrives à son niveau, tu trébuches sur un caillou. Et, tu tombes dans les bras de ton amie. Tu la renverses presque, pour finalement t’agripper à elle. Ton nez dans son cou, tu inspires son odeur agréable avant de finalement relever la tête pour croiser son regard. « Salut Au’ura ! Comment ça va ? » Tu lui fais un clin d’œil, restant un peu dans ses bras. « Tu as vu la beast ? »Tu espérais vraiment ne pas l’avoir raté ! Toi aussi tu voulais voir ! Toi aussi tu voulais apprendre ! Ton anima s’échappe de tes cheveux savamment coiffé, petite crevette-paon qui secoue ses mandibules. Pour un peu on pourrait croire qu’elle secouait sa minuscule tête de droite à gauche. « Ken, tu devrais faire plus attention ! Tu aurais pu lui mal ! » Elle tourne autour de vous. « Excuse toi et lâche là Kendrick ! Elle se tourne vers ton amie et son propre anima. « Bonjour vous deux ! J’espère qu’il n’est pas très en retard ! »Tu fais la moue. Franchement, Séraphine ressemblait un peu à une maman ou uns institutrice parfois. Toujours à te reprendre et faire la morale ! Comme si tu avais besoin d’être encadré ! Tu étais adulte ! Un grand garçon comme disait ta mère ! Tu gonfles un peu tes joues. « J’ai pas fait exprès ! Puis, j’allais la saluer quoi qu’il arrive !Puis, je suis sûre que ça la gêne pas ! Un que ça te gêne pas ? Tu regardes à nouveau ton amie, cherchant une confirmation. Tu étais persuadé qu’un petit câlin amical était une base de l’amitié. Bon, tu ne le ferais peut-être pas avec un homme, hein. Parce qu’entre hommes c’est pas pareil. Puis, une fille c’est quand même plus agréable à serrer. C’est doux. Ça sent bon. Et c’est mignon. Même si ton amie était plus belle que mignonne. En parlant de doux, tu étais en train de peloter quelque chose de particulièrement moelleux. QU’est-ce que… Tu baisses un instant les yeux.  Tu lâches un petit « oh », sans rougir plus car tu as déjà les pommettes bien rosies par la course. Tu refermes un peu plus ta prise un instant par réflexe. OOOOooooh ! Oh oh même. Tu rigoles nerveusement, avant de sourire de manière plus penaud. « Oups ? »

SMILEMAN A L'APPROCHE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: