Let's start w/ a bang ♦︎ ELIS [0.0]

 :: New-York City :: Manhattan :: Uptown :: Harlem Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 15 Fév 2017 - 15:36
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû observe les décombres autour de lui. Cette zone a été l'une des plus dévastées lors des tremblements de terre, il y a trois ans déjà. Trois ans sont passés depuis ces terribles incidents, trois ans et la vie a continué. Chacun à trouvé de quoi s'occuper pour oublier les horreurs par lesquelles ils étaient passés. Ces trois années ont été plus faciles pour certains, il pourrait presque entendre leurs rires gras de là où il se tient. Il n'aime pas venir à Harlem, l'ambiance y est pesante et la proximité des Agapès lui donne envie d'hurler.

On aurait pu croire qu'après une semi-apocalypse tout aurait changé, que les fondements pourris de la société auraient été renversés — on peut toujours rêver. On reprend les mêmes vices et on recommence. On prend ceux toujours plus riches et influents tout en désignant un groupe humain à dénigrer, pour se justifier, pour échapper à ses péchés. Ryû est révolté, pourtant le voilà à attendre les ordres d'un roi qu'il ne peut plus supporter, tel un chien que l'on siffle.  

Ryû observe ces décombres, faisant passer le temps avant que son goelier décide d'arriver. Cet idiot serait capable de l'oublier, ou de simplement ne pas le trouver. Il frissonne rien qu'à l'idée de devoir lui courir derrière pour connaître les nouveaux dués à appréhender. Alors il prend son mal en patience, bien installé sur le toit d'un immeuble à moitié défoncé. Il n'aime pas spécialement être en hauteur, mais il faut bien avoue que c'est un point privilégier pour le type d'arme qu'il se plait à manier. Son regard se pose brièvement sur l'étui à guitare qu'il prend partout, dissimulant aux yeux de tous son tir à l'arc et ses flèches en acier. Ce n'est pas une arme facile à dissimuler, alors il ment entre ses dents lorsqu'on lui demande ce qu'il joue comme instrument.

Ses yeux dérivent sur l'éclat de métal qu'il aperçoit sous les jambes de son pantalon. Une des nombreuses conséquences de cette terrible nuit, il y a trois ans déjà. Il a l'impression qu'hier il pouvait encore — et pourtant, ça fait également une éternité. Avant de ses pensées ne s'assombrissent et que ses sourcils se froncent encore plus, un museau glacial vient se poser dans le creux dans son cou.

— « Ryû, je te connais arrête d'y penser. » souffle l'anima d'une voix exaspérée.
— « しょうがない。 » (J'y peux rien)
— « ばか、au lieu de te morfondre, regarde qui vient d'arriver ... »

Elle pose ses petites pattes griffues contre sa joue barbue, faisant légèrement bouger sa tête. Ryû observe la silhouette qui se dessine en contre-bas.Seul un idiot comme lui pourrait porter un chapeau de cowboy à cette époque. Il déploie son arc hors de son étui et s'accroupi. Cet imbécile ne l'a toujours pas repéré, alors qu'il a fait exprès de se placé dans une des zones les plus dégagées. Il encoche, vise et tire dans un seul mouvement bien huilé. La flèche vient se planter juste devant ses chaussures abimées.  

— « おい、ばかコボユ ! » (Hé, stupide cowboy !) dit-il avant de reprendre malicieusement. « Regarde où tu mets les pieds. »

Il sent Tsubaki ricaner doucement au creux de son cou, un fin rictus peint doucement ses lèvres en observant l'air du stupide cowboy en contre-pied.


dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Fév 2017 - 16:58
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Elis grogne, il n’a pas cessé de le faire durant tout le voyage jusqu’à Harlem. Déjà que venir jusqu’ici l’emmerdait prodigieusement alors la raison de sa venue ne rendait tout cela que plus chiant. Il avait gentiment reçu l’ordre d’aller porter une liste de nom à un de ces sales mercenaires qui pullulent ces jours-ci en ville. Comme s’ils avaient vraiment besoin d’aide pour gérer les Dués. Si moins de soldats étaient forcés de parcourir Manhattan de long, en large et en travers continuellement, peut-être qu’il y aurait assez d’hommes pour s’occuper des abrutis qui se planquent dans le Bronx. Mais le pire, ce n’était pas ce déplacement, ce n’était pas le fait qu’on le prenne pour un foutu pigeon voyageur ou qu’ils doivent rencontrer un Eros, le pire c’est que cet Eros en question n’est aussi que Ryûnosuke. Un vieil ami dont il préfèrerait ne pas voir la tronche, car il sait très bien comment va terminer cette conversation, insultes, menaces et peut-être même quelques coups.

Ca se passera peut-être très bien.

Elis ri avant de poser ses yeux sur l’animal qui marche à ses côtés, Banjo sait toujours comment le faire rire.

Tu oublies que je suis l’homme horrible qui a fait souffrir sa soeur. Il me déteste Banjo, je préfère me dire qu’il va m’insulter, que je vais m’énerver et qu’on va se disputer, comme ça je serais pas déçu.

La coyote se frotte contre la main de son propriétaire qui la caresse tendrement, du moins jusqu’à ce qu’une flèche fuse avant de se planter juste devant ses pieds. Même pas besoin de se demander à qui elle appartient, qui utilise encore un arc à cette époque ? Banjo grogne, oreilles couchés en arrière et le pelage gonflé.

Je t’avais prévenu.

Le japonais l’interpelle du toit d’une des ruines avant de tenter une blague qui pousse la coyote à retrousser les babines. Elle a beau dire qu’elle pense que ça va s’arranger entre eux, à chaque nouvelle rencontre, elle ne peut que constater le contraire. Elis a abandonné l’idée d’un jour retrouver la relation qu’il avait avec Ryûnosuke. Et puis à quoi bon ?

C’est pas parce que tu peux plus marcher comme tout le monde qu’il faut se venger sur le premier venu.

Le soldat s’accroupit pour caresser son anima entre les oreilles pour la calmer avant d’attraper la flèche de sa prothèse, laissant la pointe de celle-ci parcourir la paume de sa seule main. S’il avait voulu le tuer, il aurait pu, mais Elis aime à penser que la haine qui les sépare n’a pas encore détruit tout sentiment qu’ils avaient l’un pour l’autre, du moins pas assez pour qu’ils aient envie de s’entretuer.

Aller descend de là Cupidon, j’ai des noms à te filer.

L’américain se relève, la flèche toujours dans sa prothèse, sa main cherchant dans la poche de son treillis noirs la liste que son supérieur lui avait donné quelques heures auparavant en lui interdisant formellement de la perdre. Comme s’il était un gamin, un foutu débutant n’ayant jamais foutu les pieds sur le terrain. Ca l’énerve, au plus haut point, mais qu’il n’est qu’un simple soldat, il obéit tout simplement. Même s’il faut qu’il se déplace à pied à travers des gravats pour rencontrer quelqu’un qu’il aurait préféré ne pas voir.

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Fév 2017 - 17:34
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû sent tsubaki se dresser tel un dragon prêt à l'attaque. Si elle était du type reptilien, il n'aurait pas été étonné de voir une collerette colorée se déployer. Ses petits griffes d'hermine grattent sur sa peau alors qu'elle essaye de paraître la plus impressionnante possible. Il entend un grognement sortir de ses babines retroussées alors que ses oreilles imitent celles du coyote en contre-bas.
À croire qu'ils ne sont pas si différents que ça.

Ses mots cruels résonnent dans sa tête ; Elis sait pertinemment qu'il sait parfaitement marcher, courir voire bondir grâce aux prothèses qu'il porte au pied. Il sait très bien que c'est une autre activité dont il a été dépouillé. L'américain le connait depuis des années ; depuis ces années de lycée où il doutait de tout mais surtout de lui. Dans l'air qui emplit sa caboche, il doit bien se souvenir ô combien danser permettait à Ryû de se défouler et de se libérer.
À croire qu'il avait encore trop d'espoir.

Ryû essaye de contrôler ses yeux plissés et son rictus figé. Son anima réagit assez pour eux deux, pas besoin de s'humilier une énième fois face au cowboy. Il carre les épaules, range son arc dans son étui et descend de l'immeuble en quelques mouvements. Ses yeux se posent distraitement sur la flèche qu'il vient de tirer, toujours en possession de l'agapè. Ses sourcils de froncent alors que d'un bref mouvement de doigt la flèche se transforme en serpent métallique pour glisser jusqu'à ses pieds. Elle s'enroule rapidement autour de sa cheville d'acier avant de s'immobiliser.

Cette action est purement gratuite, simplement là pour montrer que lui peut utiliser la contre-partie que la Lune Rouge lui a octroyé. Elis aime rigoler, éviter le sujet ou tout simplement le détourner. Mais Ryû sait bien qu'il cache quelque chose à propos de son pouvoir. Un passe-droit de Maxwell ne s'obtient pas comme cela. Il ne reste que deux solution ; soit Elis possède un pouvoir utile dans certaines situation, ou il possède un pouvoir totalement incontrôlé. Dans tous les cas il préfère éviter de l'utiliser. Depuis trois ans, pas une seule fois le japonais a pu voir son pouvoir en action.

Ryû croise les bras sur son torse en attendant que l'américain ait fini de cherché. Son anima a quitté le creux de son cou pour grimper sur le haut de sa tête, ses crocs toujours dirigé vers le duo devant eux. Un léger sourire étend ses lèvres en pensant au côté protecteur de sa petite hermine. C'est dans ce genre de moment qu'il comprend d'où viennent les théories selon lesquels les animas ne seraient qu'un dédoublement du psyché, une manifestation physique d'un seul et même esprit, divisé par les rayons incontrôlés de la Lune Rouge.

— « C'est pour aujourd'hui ou pour demain ? » fini-t-il par demandé, exaspéré de la lenteur de son interlocuteur. « Aurais-tu perdu ton cerveau en même temps que ton bras ? »

Cette pique est gratuite.
Cette pique est méchante.
Mais Ryûnosuke n'a pas envie de jouer au médiateur. Ryûnosuke n'a pas envie de calmer ses propos acerbes envers Elis. Il n'est pas d'humeur à désarmer la situation. De plus, c'est le rôle préféré de Tsubaki, mais celle-ci ne semble pas disposée à l'assumer. Tant pis, il faudra faire avec. Il connait Elis après toutes ses années ; il a le sang chaud, un rien suffit à l'énerver.

— « T'es vraiment un incapable. » passe la barrière de ses lèvres, pulsion incontrôlée.




dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Fév 2017 - 14:00
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Ce n’est plus un secret pour personne qu’Elis ne supporte pas les pouvoirs, leur utilisation lui donne des frissons désagréables, mais peu savent exactement pourquoi. À chaque fois qu’il sent le pouvoir d’une mutation, à chaque fois qu’il voit quelqu’un s’en servir, il ressent son corps entier vibrer pour un pouvoir dont il ne veut pas. Le manque, voilà ce que son corps ressent. Chacune de ses cellules quémandent l’utilisation de son propre pouvoir, ce pouvoir dont il ne connaît rien. Il le sent, il est bien là, cette puissance endormie qui ne demande qu’un signe pour se libérer. Il n’est même pas sûr de ce qu’elle est, étant seulement persuadé que c’est lui qui l’a poussé il y a de ça trois ans à massacrer une trentaine de personnes. Pour éviter un tas de questions et d’emmerdements il a seulement expliqué à ses supérieurs que son pouvoir n’était pas maîtrisable et qu’il préférait ne jamais avoir à s’en servir par peur de blesser ses propres collègues.

Cela lui a valu un tas de questions auxquelles il n’a répondu qu’avec des mensonges, comment leur expliquer qu’il ne sait pas vraiment ce qu’il se passe lorsqu’il active son pouvoir ? Il a même refusé de faire la moindre démonstration, parce qu’au fond, il ne veut pas savoir, il ne veut pas savoir quel monstre il devient lorsqu’il se transforme. Il préfère ignorer, il aurait pu en parler à Ayame, à sa famille, mais il sait qu’ils lui auraient sûrement expliquer qu’il n’était peut-être pas le responsable de ces morts, pourtant il le ressent au plus profond de lui, il ressent cette colère qui le bouffe de l’intérieur et qui tente de le consumer. Il en est sûr et certain, il est le monde qui a tué toutes ces personnes.

Le soldat cherché dans sa deuxième poche avant de soupirer. Où est-ce qu’il l’a mis cette foutu liste ? Il ne l’a pas perdu, il en est persuadé, déjà que son supérieur lui avait donné l’ordre de ne pas le faire, si en plus il doit revenir en expliquant qu’il a échoué dans cette mission, il sent déjà l’air condescendant de ce petit jeune quand il lui rappelera qu’à presque 40ans, il bosse pour des gamins prétentieux. Est-ce sa faute si les places dans l’armée sont délivrés selon l’utilité de la mutation que l’on possède ? Et lui qui prétend ne pas en avoir, qu’elle connerie cette merde. Les remarques de Ryu s’additionne à son irritation naissante de ne pas trouver ce foutu papier. Le sujet de son bras tombe et un frisson de rage traverse son dos de haut en bas. Il l’a surement mérité en évoquant les jambes du japonais.

Elis …
- Quoi ?! Tu vois bien que je …
- Tu l’as rangé dans la poche de ta veste en te disant que tu ne la perdrais pas ici au moins.
- Ah oui putain !

Il attrape le morceau de papier dans la poche intérieure de sa veste avant de le sortir avec un air victorieux sur les lèvres. Il pose ensuite son regard sur Ryu, perdant toute lueur de joie.

Tiens, c’est les nouveaux Dué qui ont été découvert depuis le mois dernier avec la récompense qui va avec.

Il lui tend la liste d’un geste nonchalant, il a cherché à l’énerver après tout, à quoi d’autre pouvait-il s’attendre?

Et essayez d’en attraper au moins un cette fois-ci, j’ai pas l’impression que vous en ayez chopper beaucoup depuis la dernière fois.

Incapable de laisser passer son “incapable” d’il y a quelques minutes, Elis se permet de répondre lui aussi une remarque désobligeante, c’est lui qui a cherché après tout.

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Fév 2017 - 23:21
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû observe ce cowboy détestable qui cherche désespérément un bout de papier. Ses yeux se plissent jusqu'à former deux fentes assassines, vissées sur le visage de cet américain qu'il a tant aimé. À se demander comment cela a pu arriver, il était jeune, et peut-être un peu con. Il était jeune et con et il l'avait aimé ce couillon. Jusqu'à en pleurer dans son oreiller avant d'aller noyer sa tristesse dans un bar malfamé. Après toutes ces années — presque deux décennies, toute l'affection qu'il avait pour lui s'est distillée. Il ne reste plus qu'une sensation désagréable au creux de sa poitrine — comme les gémissements d'un être sur le point de périr. Quelque chose qui s'accroche aux derniers fils avant de s'évanouir. Tel un insecte qui s'agite désespérément alors que les doigts d'un enfant enlève cruellement ses pattes unes à unes.

Le cowboy sort, victorieux, un bout de papier abimé. Ryû observe attentivement lorsque l'attention de l'américain se retourne vers lui — la façon dont ses épaules se tendent, dont son sourire disparait dans sa barbe. Il prend rapidement la liste que le soldat lui tend, la dépliant sans plus attendre. Il la parcours sans trop faire attention ; il connait déjà la plupart des noms. Le réseau d'information des éros est performant. Ils aiment rendre visite à Zafira lorsque le besoin d'en fait sentir et ils n'hésitent pas à se mêler aux dués dans le Bronx afin de les arrêter. Au contraire de tous ces agapès qui se contentent de patrouiller, clamant haut et fort avoir débarrassé NYC de toute sa criminalité. Et Ryû les laisse jacasser ; qu'ils s'attribuent tous les mérites, ça lui permet de continuer ses activités sans trop se faire repérer.

— « Et essayez d’en attraper au moins un cette fois-ci, j’ai pas l’impression que vous en ayez chopper beaucoup depuis la dernière fois. »

Ryû sent le coin de ses lèvres se plisser — retenant un sourire condescendant. Ses prunelles chocolat se posent sur le profil de cowboy, il est mignon de penser comme ça. C'est dans ce genre d'instant qu'il se rend compte que le reste de la population est terriblement protégé, même certains agapès — surtout certains agapès. Mais ça ne l'étonne pas vraiment. Le dernier criminel qu'il a attrapé était une pointure, quelqu'un que Maxwell avait placé sur sa liste des priorités. Avec Ryû s'était exécuté, avec l'aide de deux autres éros afin de ne pas le laisser filer.

— « Ta candeur m'étonnera toujours » dit-il, un sourcil haussé, un sourire presque affectueux coincé dans sa barbe impeccablement taillée.

L'attention de tsubaki s'est détourné d'Elis en sentant l'humeur de son humain changer. Il n'est pas heureux en présence de l'américain — loin de là, mais sa remarque censée le blessé n'a fait que l'amuser et le conforter. Il ne sert pas à rien, il protège la ville des criminels dont même le roi des crétins ne sait rien. Une douce chaleur se propage dans sa poitrine, ses yeux brillent doucement avant que son attention soit dirigée par les griffes de son anima sur son scalpe.

— « Tsubaki ? Qu'est-ce qu'il y a ? »



dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Fév 2017 - 18:42
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Elis ne fait même plus attention au remarque de l'archer, c'est pas comme s'il l'avait comprise celle-ci de toute façon. Ryu avait cette habitude particulière de dire des phrases qu'il était très certainement le seul à comprendre. Celle-ci en faisait parti évidemment. Sa candeur ? Il n'était même pas sûr de la signification de ce mot en plus de cela, mais il avait senti comme une attaque à sa virilité et ça ne lui plaisait pas. Pas du tout même. Il voulait répliquer, lui dire de la fermer et d'aller faire son job pourquoi pas, parce que sans compter leur discussion, ça faisait bien deux heures qu'il parcourait le quartier en demandant aux deux/trois passants s'ils avaient vu passer un japonais aux cheveux longs et portant un arc. C'est que malgré le quartier désertique, entre les décombres et les ruines, c'est pas si facile de repérer un abruti sur un toit.

Banjo se mit à grogner tout en se rapprochant d'Elis afin de le protéger et par réflexe, l'homme sort son arme. Il sait ce que ça signifie : un danger.

"Beast ou mutant ?
- Beast, ils sont plusieurs."

Et merde. Lui qui voulait une visite rapide du quartier avant de vite rentrer prendre un bain pour se détendre tout en fumant quelques cigarettes et écoutant de la musique country. Une vraie soirée rien que pour lui pour se sentir moins irrité pour une semaine.

"Putain, pourquoi faut toujours qu'il m'arrive des merdes quand je viens par ici ?"

Le soldat se rapproche alors du Eros, non sans que ça l'ennuie fortement évidemment, mais puisqu'ils sont attaqués, autant se protéger l'un l'autre, ça leur évitera de crever comme des chiens au milieu de nul part. Le grognement significatif des Beasts résonnent entre les immeubles en ruine.

"Bon puisque tu as un pouvoir si puissant, tu peux pas les buter d'un seul coup ? À chaque fois que je tire une balle je suis obligé d'expliquer pourquoi et franchement la paperasse, ça me saoule un peu."

Les grognements s'accentuent et se multiplient se bien qu'Elis ne sait plus où porter son viseur. Il les entend mais ne voit pas le moindre monstre à l'horizon et il ne sait pas à quoi ils ont à faire. Les rapports des quelques gardes royaux qui ont fait une ronde ici dans la semaine ont indiqué la présence de grognement, mais sans jamais que les Beasts ne s'en prennent aux patrouilles, peut-être auront-ils autant de chance. Ca l'étonnerait énormément qu'il ait de la chance alors que depuis des années le sort semble être contre lui, mais l'espoir fait vivre et aujourd'hui plus que jamais il en avait besoin.

"Banjo, tu peux aller voir ? Essaye de rester discrète."

La coyote s'éloigne alors à pas feutrée alors que le coeur d'Elis se serre, il n'a jamais aimé que son anima s'éloigne, bien que les Beasts ne peuvent pas la toucher, il a l'impression de la mettre en danger alors qu'il reste à l'arrière comme un lâche. Mais ne pas savoir à quoi s'attendre est plus dangereux encore, si jamais il s'agit de bestioles qui se montreraient plus rapides qu'eux, il faut qu'ils se préparent et même s'il ne l'avouera jamais, il ne voudrait pas que Ryu soit blessé alors que c'est lui qui lui a demandé de venir.

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév 2017 - 17:07
HELLSHOUNDS

Une beast.
Deux beasts.
Trois beasts.
Dix beasts.

Elles semblent se multiplier à mesure que les secondes s'écoulent. Elles rodent dans l'ombre, tu peux déjà entendre leur grognements, sentir leur haleine fétide se diffuser. Tu n'as vraiment pas de chance de tomber sur une horde de hellhounds. Ces beasts sont affamées et sont peut-être les seules à chasser en groupe. Faméliques, ces animaux mutés se cachent dans les décombres d'harlem à l'affut d'une proie sans défenses. Il se trouve qu'ils aient choisis de faire de toi leur prochain repas.

Fuir ou combattre ?
Seuls les dés peuvent décider de ta destiné.

PNJ
avatar
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév 2017 - 21:37
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû remarque tout de suite la tension renouvelée dans la posture du cowboy. Leurs animas grognent en concert, bien conscient du danger qui pointe le bout de son nez. Son hermine est à l'affut, son regard fixé sur le coin d'un bâtiment. Immobile, seules ses oreilles bougent sur son crâne, ses griffes fermement accrochées à sa chevelure. Il passe ses doigts le long de sa queue qui descend dans sa nuque, pour se rassurer mutuellement. Il n'aime pas l'ambiance qui vient de tomber sur les lieux. Les décombres semblent plus grands — plus menaçants. Voyant l'américain se rapprocher, il ne peut s'empêcher de frissonner. Tout cela n'augure rien de bon, il observe banjo trotter doucement, surveillant le périmètre.

Il ne sait pas comment Elis fait pour la laisser filer, pour la laisser s'éloigner. Tsubaki a tendance à toujours rester collé serré contre lui, dans le creux de sa nuque, dans sa capuche ou encore enroulée autour d'un de ses avants-bras. Elle sait se cacher, se montrer discrète dans les combats. Elle aime rester sur le haut de sa tête pour surveiller ses angles morts ou percevoir des choses qu'il ne peut pas. Il a apprit à combattre et se défendre avec son anima sur le qui-vive, prête à rapporter une information qui lui aurait échappée.

— « Mon petit dragon, fait attention. Nous avons affaire à des 地獄の犬 je crois. » murmure son hermine, tendue.

Sa remarque le détourne de la pique du cowboy. Si son anima ne se trompe pas, la situation vient d'empirer. Tomber sur une beast en liberté est rare mais facile à gérer si on s'est entraîner. Les chances de tomber sur un groupe de deux ou plus est de moins en moins courant, surtout dans les quartiers les plus proches du gouvernement. Mais tomber sur une horde de hellhounds, il y a peu de chance qu'ils s'en sortent vivant.

Prenant rapidement une décision, Ryû s'accroupit, déballant rapidement son arc et son carquois remplis de flèches. Il l'enfile en soupirant ; il ne peut pas prendre son étui à guitare avec lui. Il n'avait pas prévu de rencontrer des beasts ici bas, ou peut-être de son toit, où il aurait pu prendre le temps de viser et de one-shoter ces animaux uns à uns. Ici, tout risque de s'accélérer, il n'aurait pas le temps d'y penser.

— « Vu ce qui nous attend, je pense que tu vas pouvoir utiliser quelques balles. » sort-il nonchalant à son compagnon.

Déjà les grognements se font entendre, des ombres faméliques s'étendent sur les murs des maisons abandonnés et le bruit de leurs griffes font écho sur le béton armé. Ryû bande son arc, une flèche encochée et prête à être tirée. Le premier chien de l'enfer fait son apparition. Il n'est pas si grand par rapport aux monstres qui hantent les arènes du Bronx, mais son mètre soixante-dix ainsi que ses cornes effilées le marquent comme un animal qui a muté. Sa colonne vertébrale se déploie le long de son épine dorsale alors que ses crocs luisent dans l'obscurité. Il est bientôt rejoint par un second, puis un troisième. Bientôt la horde entière sera là, prêt à les déchiquetés. Il lance un bref regard à son coéquipier avant de tirer, visant l'abdomen du hellhound le mieux éloigné.

— « J'espère que tu n'es pas trop rouillé » lance-t'il par dessus son épaule alors que les bêtes se jettent sur eux, encochant et tirant dans le même mouvement une seconde flèche.

*Ryû jure entre ses dents lorsque ses deux flèches se prennent dans le réseau de côtes osseuses qui serpentent sur la peau des beasts. Il n'a jamais eu l'occasion d'affronter ce genre de mutant et avait oublié ce qu'on lui avait raconté sur leur densité osseuse.




dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév 2017 - 21:37
Le membre 'Ryûnosuke Kazuya' a effectué l'action suivante : C est l heure du du-du-du-DUEL


'COMBAT' :
PNJ
avatar
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév 2017 - 14:36
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Elis ne quitte pas des yeux l'endroit où Banjo a disparu, elle n'aime pas plus le quitter que lui aime devoir lui demander de le faire, mais parfois ils sont bien obligé de le faire et même si ça lui fait mal de se l'avouer, il espère bien que l'archer fera de son mieux pour protéger son anima malgré leurs disputes incessantes. Un fin sourire s'affiche sur ses lèvres à la remarque de son coéquipier dans cette merde, il s'en doutait bien qu'il allait devoir se mêler à ce combat. L'ironie de la scène le faisait simplement bien marrer, lui qui se balade dans les rues pratiquement tous les jours à la recherche de Beasts à tuer, c'est lorsqu'il n'en cherche pas qu'ils finissent par lui tomber dessus.

"Tu sais pourtant que mon truc c'est plutôt de rester en retrait et regarder les autres s'éclater."

Rouiller ? Franchement pour qui le prend-il ? Pour un bleu qui passe ses journées à jouer les messagers pour les connards d'au dessus ? Bon il est vrai qu'à cet instant, c'est ce qu'il fait, mais bon, il a un peu plus de responsabilités que ça habituellement, un peu. Un long soupire passe ses lèvres lorsqu'il voit les ombres s'approcher, se préparant à tirer sur le premier qui passerait son museau par le coin d'un bâtiment. Banjo arrive en courant, oreilles couchées avant de rejoindre son lié pour lui faire comprendre qu'ils arrivent plus rapidement que jamais. L'archer tire, Elis attend. La flèche touche la cible, en plein dans les côtes. Il ne se moque pas, restant concentré sur son propre tir, la bête approche, bouche ouverte, tous crocs dehors, il tire, essayant de viser entre les deux yeux de la sale bestiole.

N'attendant pas un instant, il vise un second et tire une nouvelle fois, sur un second et ainsi de suite sur les quatres Beasts s'approchant dans sa direction, il ne doit pas loupé son tir. Rester concentrer jusqu'au dernier moment.

+

*La première balle touche et allonge le Beast, les deux suivantes suivent l'exemple de la première en touchant leur cible de plein fouet, seul la dernière vient finir sa course dans un mur de béton derrière la bête qui se met à tourner autour des deux hommes, hurlant pour appeler le reste de la bande. Rapidement le soldat recharge pour être sûr de ne pas être à court au moment où elles attaqueront toutes en même temps. Elles s'approchent, les 7 encore vivantes, grognant et grattant le sol pour se préparer à l'attaque groupée. Fais chier, ils sont vraiment en mauvaise posture.

"Tu as une idée ou je vais devoir compter que sur moi-même là ?"

Arme de nouveau en place, il se prépare à une nouvelle attaque.
*

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév 2017 - 14:36
Le membre 'Elissanne d'Ilgar Fon' a effectué l'action suivante : C est l heure du du-du-du-DUEL


'COMBAT' :
PNJ
avatar
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév 2017 - 15:15
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû grogne en voyant ses flèches échouer. Il aurait peut-être dû arrêter d'envoyer des piques à son compagnon et se concentrer sur la situation. Il n'a pas l'habitude d'être au coeur de l'action. Certes, il traque et chasse les dués que Maxwell souhaite voir enfermé. Mais il est souvent accompagné, servant de support et de sniper dans la plupart des cas. Ses jambes améliorées lui permettent certes de faire des bons ahurissants, mais lorsqu'il s'agit de courir pour éviter les crocs acérés de beasts affamés, celles-ci laissent à désirer.

Son compagnon semble plus réveillé, ses balles atteignent leur cible — entrainant avec elles trois des chiens de l'enfer. Ces bêtes sont résistantes mais pas imbattables, comme vient de le prouver l'agapè. Dans une autre situation, Ryû aurait pu être frustré face à sa propre incompétence. Mais il n'a pas le temps de s'y attarder. S'il y pense ne serait-ce qu'un instant il pourrait finir en steak haché. Il souffle d'amusement en entendant la remarque de l'américain — bien sûr qu'il a une idée. Mais pour cela il doit trouver un point en hauteur bien protégé : ce qui est impossible pour le moment. Ryû jure entre ses dents avant de bander son arc et de tirer deux flèches en une courte succession *qui touchent deux beasts avec précision.

— « Couvre-moi, je vais tenter quelque chose. »

Ryû ferme les yeux un court instant — se concentrant. Il fait confiance à tsubaki et à son allié du moment pour le couvrir et le prévenir si les beasts se rapprochent dangereusement. Inspiration. Expiration. Il se concentrer sur son impression du métal ambiant — il est présent partout, mais il est un peu trop distant. Trop étranger. Il a plus d'affinités avec le métal qu'il a déjà manié ; celui de ses flèches. Les deux qui ont précédemment ratés leurs marques se sont échouées sur le sol, une plantée dans le béton armé, l'autre brisée.

Inspiration. Expiration.

Les doigts de sa main droite bougent doucement, modelant mentalement le métal. Les flèches se transforment rapidement en petits serpents argentés qu'il sent filer entre les pattes des beasts enragées. Il ouvre ses yeux bruns pour diriger ses deux serpentins qui se grimpent le long des chiens infernaux. D'un mouvement de poignet, les voilà autour des cornes des beasts*elles plongent sans pitié dans leur cerveau mal protégé.

Son flanc est aussi mal protégé. Elis est trop occupé à essayer de contrôler les beasts restantes et tsubaki est distraite un instant par les actions de l'autre anima. La horde de hellshounds était peut-être mieux organisée qu'ils auraient pu l'imaginer. Les dents acérées qui s'enfoncent dans son flanc en sont la preuve avérée.

— « Elis ! »

Le prénom sort sans qu'il ne puisse l'arrêter — ses yeux écarquillés et sa main tendue vers la silhouette du cowboy alors qu'il se sent tomber sous le poids de la beast. * Dans un dernier effort désespéré, il arrive à attraper une de ses flèches pour la planter dans la gueule béante de l'animal.



dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév 2017 - 15:16
Le membre 'Ryûnosuke Kazuya' a effectué l'action suivante : C est l heure du du-du-du-DUEL


'COMBAT' :
PNJ
avatar
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Fév 2017 - 12:48
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Les Beasts semblent se multiplier sans s'arrêter, combien y'en avait-il dans ces ruines ? Banjo ne semble pas rassurer, se cachant derrière son lié en grognant, oreilles couchés en arrière face aux animaux deux fois plus gros qu'elle. Elis lance un coup d'oeil à son partenaire lorsqu'il l'interpelle, a-t-il finalement une idée ? Le soldat recule légèrement pour se rapprocher de Ryu afin de le protéger le temps qu'il fasse son truc, Elis le ressent, le pouvoir que le japonais utilise, il frissonne alors que son propre pouvoir réagit à cette aura étrange. Ses yeux se posent de nouveau sur les Beasts et il tire, une balle, deux balles, trois balles en direction de la horde qui approche. *Deux des balles touchent leurs cibles et les Beasts tombent au sol, sans vie.*

Il se tourne de nouveau vers Ryu, inquiet et cherchant à savoir lequel se fera bouffer une jambe le premier entre eux deux. Il n'aime pas cette situation et l'impuissance qu'il ressent. Si seulement il pouvait lui aussi utiliser son pouvoir, si seulement il pouvait aider de la même façon. L'excitation, la peur et l'inquiétude l'enivrent alors qu'il la ressent, cette puissance qui envahit chacun de ses membres. Fais chier, il faut qu'il se calme avant que tout ne dérape, avant que sa transformation ne commence.

"Elis …
- Non Banjo, jamais."

Un cri retentit et Elis sursaute. Ryu. Le Cowboy voit son ami s'écrouler, il l'entend l'appeler, pourtant son sang tape déjà dans sa poitrine. Son arme tombe sur le sol poussiéreux, son corps s'accélère, encore, encore jusqu'à ce qu'il soit obligé de se tenir la poitrine, retenant un gémissement de douleur. Ses os craquent, son corps entier n'est plus que douleur et il s'effondre, hurlant alors que ses os se déplacent, se brisent avant de se reformer.

"Elis, calme toi, tu peux le faire, tu peux le contrôler."

La voix de Banjo n'est plus qu'un murmure alors que son corps se transforme complètement, son esprit disparaît alors qu'il se relève. Il est devenu le monstre. Haut de plus de 2 mètres en un seul coup de jambes il se met à courir face aux Beats afin de les tuer d'un seul coup. *Les Beasts plus nombreuses se jettent sur lui, leur dents rongeant ses jambes devenues de simples os à cause de la transformation, mais ses mains attrapent les corps des monstres, brisant leur cous d'un simple mouvement de mains avant de balancer leur corps plus loin dans les ruines, il se retourne alors en direction de Ryu, inconscient de ses propres gestes il attrape le corps du japonais d'une main avant de le lever face à lui, ses longs doigts osseux frottant contre sa nuque.

"Elis ! Réveilles toi !"

Sa main se referme alors autour de la gorge de son ami.

"ELIS !"

D'un mouvement de main le monstre tente de faire disparaître l'anima afin de ne plus l'entendre.*


cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Fév 2017 - 12:48
Le membre 'Elissanne d'Ilgar Fon' a effectué l'action suivante : C est l heure du du-du-du-DUEL


'COMBAT' :
PNJ
avatar
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Fév 2017 - 18:18
HELLSHOUNDS

Une beast.
Deux beasts.
Trois beasts.
Dix beasts.

Des cadavres gisent au sol. Tu les a toutes éliminées, non sans mal. Les autres animaux du quartier pourront se repaître de leurs chairs ; tu ne devrais pas trop tarder. Tu as peut-être gagner cette bataille, mais c'est loin d'être terminé. D'autres dangers rôdent dans ces terres désolées.


PNJ
avatar
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Fév 2017 - 23:01
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû observe la scène qui se déroule sous ses yeux écarquillés. Même dans ses rêves les plus fous il n'aurait pu s'imaginer ce qui est en train de se passer. Chiens de l'Enfers et autres monstruosités oubliées face à la menace qui se dessine. Il ne pensait pas — il ne pensait plus. Il n'aurait jamais cru qu'un simple appel à l'aide, un prénom désespéré pressé contre ses lèvres ensanglantées auraient suffit — auraient pu mener à cette situation. Il n'a pas imaginé un seul instant — ça ne lui a même jamais effleuré l'esprit.
Il a toujours cru qu'Elis était un fanfaron un peu trop sur de lui.
Il a toujours cru qu'Elis mentait entre ses dents pour déguiser un pouvoir n'ayant pas d'utilité, pas vraiment.
Il a toujours cru qu'Elis l'avait sorti de sa vie, il n'était après tout que le frère de son ex-femme, son ex-meilleur ami. Il n'a jamais émis la possibilité d'avoir le moindre impact sur le psyché de ce homme qu'il avait tant aimé.

Ryû observe — halluciné. Il entends les bêtes grogner, leurs griffes racler contre le béton armé. Pourtant tout ce brouhaha n'est rien par rapport au son des os qui se brisent, de la peau qui se déchire — hurlement inhumain. Douleur. Rage. Il ne saurait le dire ; toujours est-il que la chose qui se trouve à la place de l'américain n'a plus rien d'humain. Silhouette monstrueuse dans un ciel de cauchemar — ses prunelles infernales se posent sur les Beasts enragés. Elles ont bien compris le danger, grognant, attaquant ces membres élancés. Mais rien n'y fait il semble fait de la plus résistante des onyx.

Crac.

Ryûnosuke retient un sursaut en entendant le bruit des os qui se brisent. Ses iris brunes suivent le corps sans vie du chien. Il frissonne alors que les derniers hellshounds sont éliminés — il sent Tsubaki frémir au creux de son cou où elle s'est réfugiée. Sans pouvoir s'en empêcher, il recule face à la déferlante de violence — ses pieds métalliques crissent sur les pavés et son flanc le lance. Ce simplement mouvement attirent les yeux du géant — deux perles écarlates le transpercent et Ryûnosuke recule sous le choc. Il s'aide désespérément de ses bras, mais en deux enjambées le monstre est déjà présent.

Ryûnosuke n'est pas facilement effrayé ; ce n'est pas pour autant qu'il peut rester de marbre face à une telle monstruosité. Des doigts onyx se resserrent autour de sa nuque — délogeant sa petite hermine à la même occasion. Par réflexe, il tente d'empêcher l'asphyxie. Ses propres ongles raclent la peau de sa gorge, désespéré de diminuer ne serait-ce d'un iota la pression exercée. Tsubaki gronde contre son oreille, son poil dressé. Il sent son petit corps trembler sous la tension avant de se lancer à l'attaquer de ces membres squelettiques, ses petits dents essayant de s'enfoncer dans la chair carbonisée.

— « TSUBAKI ! やめって! » (Arrête !)

Paniqué pour la santé de son anima, il retourne sans même y pensée dans sa langue natale. L'air vient peu à peu à manquer, sa trachée se fait lentement écraser par ce monstre qui a prit la place de son américain. Ses yeux embrumés fouillent ceux de son homologue, espérant y trouver une trace d'Humanité.

— « Elis ? ELIS ?! 何ですか? » (Qu'est-ce que c'est ?) dit-il avant de réaliser que s'il veut espérer que la Bête le comprenne, il devrait abandonner sa langue préférée « Que se passe-t'il Elis ? Est-ce la Lune Rouge qui t'a rendu ainsi ? »

Ryûnosuke fini difficilement sa phrase, l'air venant à manquer. Ses joues sont humides et ses cils trempés. Il ne voit rien dans ces prunelles flamboyantes ; simplement une rage sans contrôle ni pitié. Ryû se demande si c'est comme cela qu'il va mourir ; loin des siens, de sa famille, assassiné par son ex-meilleur ami et le seul qu'il ait jamais aimé.




dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Fév 2017 - 0:21
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Son esprit semblait paisible, il ne voyait, ne ressentait rien, n'entendait rien, il était éteint, comme si quelqu'un avait pris le contrôle de son corps et il était étrangement bien ici. Comme s'il avait retenu une puissance trop forte pour son propre corps et qu'enfin il pouvait se permettre de la laisser exploser. À cet instant peu importe les victimes, peu importe les dégats, il n'avait jamais ressenti une plénitude aussi totale, la douleur, la culpabilité, tout, tout avait disparu pour ne laisser qu'une douce sensation de bien être. L'accident, le divorce, la culpabilité d'avoir tout loupé dans sa vie, la colère qui le rongeait continuellement et la peur, la peur constant qu'une fois de plus ils perdent le contrôle.

Pourtant malgré cette chaleur qui le remplit d'une paix qu'il n'aurait jamais imaginé connaître, le genre de sensation que l'on voudrait obtenir plus que tout au monde, malgré ça il se questionne, il cherche à se souvenir, retirant le voile qui lui couvre les yeux. Les souvenirs reviennent, une voix, un appel à l'aide.

« Elis ! »

Ryu. C'est tout ce dont il se souvient, les Beasts, son ami en mauvaise posture et ensuite quoi ? Ensuite il a chuté dans ce paradis. Cette chaleur l'envahit et il a abandonné, la colère s'est répandue à l'intérieur de son corps, la douleur a brisé chacun de ses os et son esprit s'est éteint. Ryu. Voilà pour quoi … Pour qui il avait perdu le contrôle. Mais alors ? Il se relève, oubliant la douceur qui le maintenait jusque là dans un état de bien être extrême. Ryu.

Que se passe-t-il là dehors ? Je me souviens de la dernière fois. Des corps, du sang. Ryu. Impossible. Je ne peux pas le mettre en danger. Pas lui. Parce que peu importe mes mots, peu importe notre conflit, peu importe tout ce qui a pu se passer entre nous, Ryu a toujours fait parti de ma vie, il a toujours été une personne importante pour moi, une de celles que je veux perdre sous aucun prétexte. Ryu est mon meilleur-ami, le seul qui m'ait jamais compris, qui m'ait soutenu lorsque mon sourire devenait fade.

« Elis … »
« ELIS … »

Les yeux s'ouvrent et le monde réapparaît, il le voit, cette main autour de son cou … Sa main. Ses doigts se relâchent et le corps de Ryu retombe sur le sol alors qu'il recule. Un hurlement passe les lèvres du monstre qu'il est devenu alors que le monstre refuse de lâcher prise sur son corps. Un nouveau hurlement, est-ce sa voix ou celle du monstre qui se bat pour ne pas perdre le contrôle ? Contre quoi se bat-il ? Il apparaît face à lui. Les yeux rouges, plus de 2m, impressionnant, terrifiant, un véritable cauchemar. Alors c'est ce qu'il devient quand il se transforme ? Cet abomination ? Et il le ressent, cette chose, ce n'est pas qu'un monstre, ce n'est pas que de la colère qui l'empoisonne de l'intérieur. Tout ça. C'est lui.

Sa frustration, sa colère, sa culpabilité, sa faiblesse, absolument toutes les choses qui le torturent depuis sa naissance. C'est ça. Cette partie de lui qu'il ne voulait pas voir. Cette partie qu'il a tenté de contrôler avant la Lune Rouge, après l'accident. Cette colère qui avait ressurgi et l'avait rendu violent. C'est cette colère qui était née et qui aujourd'hui a sa propre conscience. Voilà pourquoi il se sentait si bien, parce que toutes les choses qui le torturent continuellement sont ici, dans ce monstre squelettique, son propre cauchemar : son mauvais côté. Celui qu'il a essayé de masquer et de faire disparaître pour faire croire qu'il avait toujours été heureux.

"TIRE TOI ! LAISSE MOI REVENIR !"

Nouveau hurlement de la bête.

"Ne lui fais pas mal …"

Le monstre s'effondre, halentant, gémissant, hurlant par instant pour tenter de combattre la conscience qui reprenait vie en lui. Les os craquent, reprennent place alors que le corps d'Elis tombe contre le sol, inerte.

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Fév 2017 - 16:11
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû sent sa vision se troubler — envahie de points noirs et de taches colorées. Il sent que l'air vient à manquer, ses doigts sans pitié continuant leur étreinte mortelle. Il ne sait pas où se trouve Tsubaki, si elle est tombée au sol, si elle est blessée. Son coeur se serre à cette pensée — il se dit qu'il l'aurait senti au fond de lui si quelque chose lui était arrivé. Il n'arrive plus à réfléchir alors que ses poumons brulent à chaque inspiration. Il git impuissant au creux de cette main déformée ; pantin désarticulé dans les mains d'un enfant incontrôlé.

Hurlement.
Choc.


Il sent son corps percuter le sol — entend le métal de ses prothèses gémir en agonie. Ses lèvres laissent passer un cri de douleur alors que son flanc percute le béton — sa gorge, sa trachée, ses poumons sont en feu alors qu'il reprend, tremblant, sa respiration. Sa première bouffée lui donne envie de pleurer, pourtant il inspire goulument cet air frais, observant entre ses cils mouillés la silhouette du monstre hurlant. Deux voix se répondent en écho, se mêlent à travers ce cris de rage. Comme deux ondes radios contradictoires qui veulent toutes les deux prendre l'ascendance. Elles racontent la même chose avec un ton différent ;

Rage ; Colère ; Fureur.
Douleur ; Culpabilité ; Horreur.


Ryû sent ses entrailles se resserrer en voyant le monstre tituber — ses immenses mains griffues voulant agripper ; déchirer sans jamais rien accrocher. Il semble se battre avec lui-même, ses yeux infernaux roulant dans leurs orbites, ses membres déformés s'agitant face à un ennemi invisible.

— « TIRE TOI ! LAISSE MOI REVENIR ! »

Cette voix ; il la connait. Il se souvient qu'il l'a tant entendue ces dernières années. Remarques assassines et reproches à peine dissimulés. Les piques échangées et les grognements qui ont suivit telles deux bêtes enragées. Cette voix qui le fait frissonner ; gutturale, déformée, abimée par les hurlements qui continuent de sortir de sa gorge malmenée. Il ne peut plus douter ; ce monstre, cette bête renferme en lui son stupide cowboy. Un nouveau hurlement, plus puissant que les précédents le fait sursauter. Il recule par réflexe, sifflant entre ses dents.

— « Ne lui fais pas mal … »

Cette dernière phrase murmurée retient l'attention du japonais ; il sent son cou craquer à la vitesse avec laquelle il tourne la tête pour voir le monstre s'effondrer. Sa voix en écho a disparue, reste simplement le murmure d'un homme brisé. Sa silhouette se disloque, comme un pantin en papier mâché ; il se déchire pour laisser place à l'humain qui en était prisonnier.

Sans même y penser Ryû se traine difficilement vers son ancien ami, sa jambe droite ne lui permet plus de marcher et sa blessure au flanc est toujours béante. Il voit distraitement tsubaki trottiner à ses côtés, se sentant immédiatement soulagé. Chaque mouvement est difficile ; il a encore du mal à respirer et son flanc est ensanglanté. Mais il ne peut pas laisser Elis ainsi au milieu des décombres ; abandonné.

— « Elis ? » appelle-t-il, mal assuré, se demandant s'il doit le secouer. « Banjo ? Tu .. Tu sais ce que je peux faire ? » demande-t-il, sa gorge serrée, les sourcils froncés. « Il va se réveiller hein ? » ajoute-t-il, paniqué.

Ryû s'assoit difficilement, une main accrochée autour de sa taille pour empêcher de se vider de son sang. Son anima tourne autour de lui, paniquée, n'arrivant pas à masquer ses sentiments. Il passe distraitement un doigt entre ses deux oreilles avant de poser sa main sur le front d'Elis, écartant sans y penser quelques mèches sur son front perlé de sueur.

— « Il va se réveiller. » répète-t-il pour essayer de se rassurer.



dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Fév 2017 - 11:34
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Il les sent, la colère, la frustration, la culpabilité, tout revient en un instant comme une sensation désagréable d'oppression. La paix a disparu, tout a repris sa place, son passé, la douleur, ses traumatismes, en un instant comme une vague d'émotion trop forte pour lui. Il ne veut pas se réveiller, il veut y retourner, il veut oublier de nouveau, se sentir bien et rester dans cet univers blanc et sans souffrance, un coin de son esprit pur et où il se sent bien. Ses yeux sont humides, mais il refuse de pleurer, il ne l'a jamais fait, pas une fois dans sa vie d'homme alors ce n'est pas aujourd'hui que ça va recommencer. Pourtant le manque est là, au fond de sa poitrine alors qu'il a l'impression que l'intégralité de sa vie se brise en un instant.

"Oui, il va mieux maintenant …"

Banjo ne sait pas mentir, tout comme lui. "Il va mieux" ne signifie pas qu'il va bien, seulement qu'il n'essaiera pas de le tuer et surtout qu'il se réveillera. Il sent la main de Ryu sur son front et sa main attrape la sienne sans pour autant ouvrir les yeux. Il ne veut pas se réveiller, il ne veut pas continuer à survivre comme il le fait depuis des années. Depuis bien avant la Lune Rouge, mais il est heureux, étrangement heureux que Ryu ne le fuit pas, qu'il n'est pas peur de lui, qu'il ne le confonde pas avec le monstre qu'il est devenu à cet instant là.

"Je vais bien."

Sa main relâche sa compagne alors que ses yeux bruns s'ouvrent enfin. Sa voix est lasse, fatiguée de tout ça, du poid de sa propre vie. Il tente un sourire en se relevant sur ses coudes alors que Banjo s'approche de lui, frottant son museau contre son cou pour lui montrer à quel point elle est heureuse de le retrouver. Ses yeux se posent machinalement sur la plaie sur le flanc de son ami. Il se relève alors douloureusement, son corps entier est courbaturé et chacun de ses mouvements est un calvaire, mais il ne peut pas laisser Ryu se vider de son sang ici. Une fois sur ses deux pieds il lui tend alors la main.

"Allez dépêche, tu veux pas crever ici, si ?"

Il tente un sourire, il ne veut pas que Ryu commence à poser des questions, il ne veut pas qu'il lui demande quoi que ce soit sur son pouvoir. Elis ne sait d'ailleurs pas grand chose sur son propre pouvoir, mais de ce qu'il en sait, il ne préfère pas en parler, il ne veut même pas évoquer le sujet.

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Fév 2017 - 14:38
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû renifle lamentablement. Quelques larmes coulent encore le long de ses joues — est-ce le choc de la confrontation ou l'inquiétude pour son compagnon, il ne saurait le dire. Les paroles de Banjo n'atteignent pas ses pensées alors qu'il sent la main d'Elis contre la sienne. Sans pouvoir s'en empêcher, ses doigts se resserrent, tremblant. Il a peur de le lâcher, que tout ceci n'est qu'une hallucination provoquée par le manque d'oxygène. Qu'en réalité, il git sur le sol, inconscient. Que tout ceci n'est qu'une image — un mirage de son esprit pour le rassurer. Un faible sourire peint ses lèvres alors qu'il entend la voix abimée de l'américain. Le coyote ne lui avait pas menti ; il va bien.

C'est ce qu'il aimerait se dire ; mais il le connait bien son américain. Malgré toutes ces années passées à se persuader qu'il n'était plus rien. Son caractère a changé, évolué — après plus de 15 ans, le contraire serait étonnant. Pourtant, Ryûnosuke ne peut pas s'empêcher de retrouver celui qu'il avait connu adolescent. Cet idiot, avec un égo si particulier, qu'il ne veut voir personne l'entendre pleurer. Cet imbécile qui croit qu'en souriant bêtement, les gens arrêteront de s'inquiéter pour autant. Il est bien conscient que le cowboy doit agoniser ; les hurlements qu'il a entendu ne font que le confirmer. On ne peut pas supporter une telle transformation sans séquelles ; surtout qu'il a essayé de la dissimuler.

Depuis combien de temps sait-il qu'il peut ainsi se métamorphoser ?
Depuis combien de temps a-t-il décider de leur cacher ?
Est-ce pour ça qu'il a été recruté chez les Agapès ; pour le tenir sous contrôle et le surveiller ?
Quand est-il d'Ayamé, était-elle au courant depuis tout ce temps ?

Les questions se bousculent dans sa tête, sa gorge se sert et son ventre sursaute. Tout ceci lui donne envie de crier, hurler — se révolter. Il sent un ersatz de jalousie pointer le bout de son nez. Est-il le dernier de la famille a être au courant ? Il secoue mentalement la tête ; quelle idée. Il connait Elis, il va vouloir cacher sa faiblesse, la dissimuler et ne jamais en parler. Ce qu'il est d'ailleurs en train de faire alors qu'il se relève avec difficulté. Son sourire est douloureux. Ryûnosuke a envie de lui crier d'arrêter, qu'il n'a pas besoin de placer ce masque plein de failles à peine réveillé. Pourtant il n'en fait rien ; il se contente de prendre cette main tendue.

— « Va te fair- »

Ryûnosuke titube sous son propre poids, sa jambe droite ayant subit trop de dégâts. Sa paume ensanglantée quitte son flanc pour se rattraper sur l'épaule de l'américain. Il a du mal à respirer, ses jambes peinent à le supporter. Le stress accumulé commence à disparaître pour faire place à une douleur qu'il a du mal à supporter. Avec une prothèse en mauvais état, il ne pourra pas marcher jusqu'à chez lui — encore moins jusqu'à l'atelier de la jeune Ellen. Il soupire, énervé par sa propre stupidité ; sa faiblesse. Mais l'américain à raison, il ne peut pas rester ici à crever. Il avale sa fierté et relève ses orbes chocolat vers Elis.

— « Je pourrais pas marcher ; va falloir me supporter, me trainer, me porter, je sais pas. » grogne-t'il entre ses dents, humilié.

Il sursaute en sentant le museau froid de tsubaki contre sa joue mal rasée. Il n'a même pas senti son anima grimper pour retourner à sa place attitrée. Ce petit acte de bonté réchauffe son coeur et un sourire tendre étire ses lèvres à cette pensée.



dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal

_________________

You don't know my brain the way you know my name, You don't know my heart the way you know my face, You don't know what I've done, I'm wanted and on the run. Release me from the present, I'm obsessing all these questions. © tøp + endlesslove

Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Fév 2017 - 15:38
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Elis sourit lorsque Ryu l'envoie chier, c'est étrange comme ces échanges entre eux le rendent heureux, comme une constante qui signifie que rien n'a changé entre eux, qu'ils vont continuer à se détester comme avant peu importe ce qu'il vient d'arriver. Pourtant Elis n'oublie, malgré son sourire, malgré son air idiot qui donne l'impression qu'il est déjà passer à autre chose, cet incident ne fait que s'additionner à tous les autres, toutes les choses qu'il a refusé de partager avec sa famille. L'accident, Ayame n'en a appris les détails que parce les rapports, Elis ne l'a jamais évoqué, ses cauchemars qui le réveillait la nuit, elle l'entendait hurler, mais elle n'a jamais rien su des images qui le tourmentait. Elis ne parle pas, il ne l'a jamais fait. Sa femme n'a même jamais su pourquoi il était en froid avec ses parents. Aujourd'hui encore il refusera d'en parler, alors que les hématomes dans le cou de son ami le torture déjà de l'intérieur.

"Ça serait pas la première fois."

Le soldat se permet un léger rire avant de passer son bras autour du japonais pour le soutenir. Il grimace alors que ses membres courbaturés le rappelle à l'ordre, mais peu importe, Ryu est dans un état bien pire que le sien après tout. Elis se souvient, de ce jour où perdu, terrorisé et emplit de culpabilité il avait trouvé Ryu, quand celui-ci l'avait appelé. Il avait été étrangement heureux de le trouver, il avait besoin de cette présence familière. Et étrangement même si Elis avait aimé sa femme plus que tout au monde, il n'avait jamais réussi à lui montrer sa vulnérabilité, il n'avait jamais réussi à réellement s'ouvrir avec elle, contrairement à Ryu, la seule personne à qui il a réussi à se confier au sujet de sa famille et en particulier de son grand-père.

"Tu veux que je te traîne jusqu'à où ? L'hôpital, chez toi ou j'en sais rien moi ?"

Banjo marche quelques pas devant eux afin de surveiller le terrain, reniflant l'air pour vérifier que d'autres Beasts ne croisent par leur route une fois de plus et aussi chercher la patrouille d'Agapè la plus proche en espérant que l'un d'eux pourrait soigner la blessure de Ryu.

"Je te préviens, si tu t'évanouis je te laisse là."

C'était tout aussi bien une pique pour le maintenir éveillé que la réalité, Elis ne pourrait jamais le ramener sans aide, ça n'était pas contre lui, mais avec son poids et les courbatures de l'américain, il ne ferait pas 5m avant de le laisser tomber sur le sol. Il a beau être entraîné il n'est pas pour autant invincible.

Le Cowboy parle, parle pour ne rien dire parce qu'il ne veut pas que Ryu se mette à poser des questions et il veut oublier lui-même toute cette journée, oublier qu'il s'est à nouveau transformer et qu'il aurait pu le tuer. Son sourire disparaît alors qu'encore une fois la culpabilité refait surface. C'est encore et toujours de sa faute, entièrement de sa faute. S'il n'avait pas demandé à Ryu de venir ici aujourd'hui, il n'aurait pas été blessé et s'il avait réussi à se contrôler, il n'aurait pas tenté de le tuer oh et bien sûr il n'aurait pas à lire l'inquiétude dans les yeux de son ami. Il ne veut pas la voir, après tout, qui est en train de se vider de son sang ? Ce n'est certainement pas lui.

"Tu devrais t'inquiéter pour toi plutôt que pour moi."

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk

_________________


le monstre ne se cache pas forcément sous ton lit, il est peut-être celui qui te borde tous les soirs, celui qui vient en aide aux plus démunis, celui qui malgré son sourire enferme une colère infinie.
- elis
#882222
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Fév 2017 - 16:12
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû est fatigué ; fatigué par cette journée, fatigué par toutes ces émotions qui se bousculent dans ses pensées. Il est épuisé — le choc du combat, de l'affrontement retombe. Il n'est plus que douleur et questionnements. Il se tend en sentant la main d'Elis autour de sa taille — retenant un sifflement indigné. Il a envie de le repousser, de secouer sèchement sa présence et d'avancer sans se retourner. Pourtant, il sait bien qu'il ne peut pas marcher sans son aide ; mais la pilule reste difficile à avaler. Alors il se fait une raison ; grogner, les sourcils froncés et les lèvres pincées. S'il pouvait oublier cette situation ; cette maudite journée. Ça arrangerait aussi bien l'américain. N'ayant alors rien à expliquer — n'ayant plus à se dévoiler.

Ryû est fatigué ; il n'a pas l'envie, ni même l'énergie de lui sortir les vers du nez. Elis sait se montrer buté, il ne voudra rien lâcher, essayant d'éviter à tout prix d'en parler. L'archer soupire alors qu'il s'accroche comme il peu à l'épaule drapée d'un poncho rouge de son compagnon. Celui-ci est taché de sang — le sien, le leur, un peu tout ça à la fois.

— « Chez moi, j'ai pas l'argent de payer l'hôpital » grogne-t'il entre ses dents.

Ce n'est pas comme s'il roulait sur l'or. Même si son activité d'éros lui rapport pas mal de monnaie, une grosse partie de celle-ci vient rembourser le coût des prothèses qu'il vient de bousiller. Il devra aussi payer Ellen pour les réparer, sans compter les frais de vivre avec un adolescent à ses crochets. Non, il ne peut vraiment pas se permettre ce genre d'excès ; il garde toujours une aiguille et du fil stérilisé pour ce genre de cas. La remarque d'Elis lui donne envie de le taper ; s'ils avaient été dans un meilleur état il aurait peut-être tenté.

C'est étrange comme cette scène lui rappelle celle d'il y a un peu plus de deux ans ; lorsque Elis l'avait littéralement sauvé. Sans l'américain à ses côtés, il ne sait pas comment il aurait pu se rendre à l'hôpital. Il serait sûrement mort, à moitié enterrés avec son fils comme seule compagnie. Quelle horrible idée que celle-ci. Ryûnosuke se sent frissonner et ressert son étreinte sur les épaules du cowboy. Ils avancent lentement et sûrement ; claudiquants. Le babillage de l'américain lui donne la migraine ; il le connait si bien. Il n'est aussi bavard que lorsqu'il à quelque chose à cacher ; des sentiments, une émotion, un ressenti qu'il ne veut pas partager. Ou tout simplement pour meuble

— « Tu devrais t'inquiéter pour toi plutôt que pour moi. »
— « Alors qui s'inquiétera pour toi, baka cowboy ? »

Sa main vient frapper l'arrière de sa tête, envoyant voler son chapeau d'un autre temps. Celui-ci atterrit doucement sur le museau de Banjo — faisant éternuer l'anima en même temps. Sans pouvoir s'en empêcher, un rire gonfle dans sa poitrine avant de le laisser échapper. Le premier éclat est bref — tel un morceau de verre brisé avant de se délier. Prenant sa gorge et éclatant entre ses dents. Il sent les moustaches de tsubaki frémir avant qu'elle se mette à ricaner. C'est stupide ; à peine de quoi rigoler, juste de quoi faire redescendre la pression qui s'est accumulée.


dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal

_________________

You don't know my brain the way you know my name, You don't know my heart the way you know my face, You don't know what I've done, I'm wanted and on the run. Release me from the present, I'm obsessing all these questions. © tøp + endlesslove

Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Mar 2017 - 21:39
LET'S START
W/ A BANG
FEAT CUPIDON
Elis fait comme si de rien n'était, il continue de masquer ce qu'il ressent réellement, il voudrait fuir, s'enfermer et ne plus jamais avoir à le revoir, il voudrait pouvoir oublier, tout effacer, supprimer cette présence en lui pour ne plus jamais avoir à la ressentir, mais elle est là, au fond de lui, lui rappelant ce qu'il est réellement, ce dont il est capable et surtout ce qu'il a fait. Tout ce qu'il a fait. Heureusement pour lui Ryu semble trop fatigué pour commencer l'interrogatoire, il espère que cela durera, que jamais il ne cherchera à savoir, comme il l'avait fait concernant l'accident, il n'avait pas posé de questions, il avait seulement été présents pour Ayame et Xiél et oh oui, Elis l'avait haï pour ça, il l'avait détesté d'être là pour eux comme il aurait dû l'être, comme il était incapable de l'être.

Pourtant le rire de Ryu, son sourire semble tout effacer de cette journée, comme s'il ne s'était vraiment rien passé et plus encore, comme si toutes ses années de haines et de colères venaient de disparaître. Elis n'avaient fait aucun effort pour garder cette amitié intact, mentant, laissant planer le doute sur une infidélité présumé par le japonais, il voulait être haï, il voulait qu'on le hait plutôt qu'on le regarde avec pitié comme le faisait Ayame, il voulait qu'on le voit comme lui se voyait et encore aujourd'hui, remonter la pente, tenter de sortir de cette impression d'être minable, de ne mériter que la misère plane encore sur son dos, voilà pourquoi son travail lui semble si difficile, voilà pourquoi il refuse de faire le moindre effort pour quoi que ce soit. Il ne veut pas sortir de cette cycle d'autodestruction qui finira par avoir raison de lui.

"J'ai pas besoin qu'on s'inquiète pour moi, je suis un grand garçon."

Et comme pour le lui montrer, le soldat se redresse légèrement, regardant le haut du crâne de son ami pour lui montrer la dizaine de centimètres les séparant. Il ne cherchait pas vraiment à énerver le japonais, il ne voulait rien de plus que le taquiner, comme il le faisait autrefois, quand tout était plus facile. Il sait que ce qu'il dit n'est qu'un mensonge, que Ryu le saura surement, mais à cet instant, il aimerait y croire lui-même.

"Au fait … Tu habites où ?"

Il se rend seulement compte qu'après des années à vivre à New York avec lui, des années à avoir été marié à sa soeur, il n'a jamais su où habitait Ryu, il n'a jamais du aller chez lui, il n'a même jamais cherché à savoir où il vivait avec son fils. Ca lui parait soudain surprenant, eux qui partageaient tellement avant ça, pourtant il ne peut pas vraiment dire que c'est impossible, ils se fuyaient avant tout ça, ne se retrouvrant que chez la famille D'Ilgar Fon pour les repas hebdomadaires en famille.

"Pas trop loin j'espère, c'est pas contre toi hein, mais t'es pas hyper léger."

Sourire en coin, clin d'oeil. Elis se veut taquin, il espère seulement que le japonais ne se vexera pas avant de lui ordonner de le lâcher pour préférer finir la route en rampant sur le sol poussiéreux. C'est que ça serait gênant à regarder.

cowboy
avatar
cowboy
Métier : Que dalle
Mutation : Berserk

_________________


le monstre ne se cache pas forcément sous ton lit, il est peut-être celui qui te borde tous les soirs, celui qui vient en aide aux plus démunis, celui qui malgré son sourire enferme une colère infinie.
- elis
#882222
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Mar 2017 - 23:48
LET'S START
W/ A BANG
FEAT ばかコボユ
Ryû sent son rire s’envoler ; ses lèvres encore ourlées après cette hilarité partagée. Ses yeux brillent d’une douce lueur nacrée ; larmes contenues après tous les évènements de la journée. Il sent le museau humide de tsubaki contre sa gorge ; rassurante, toujours présente. Son ventre se sert alors qu’il observe le coyote éberlué ; le cowboy décontenancé. Son sourire se fait doux-amer alors que ses pensées tournent au vinaigre. Ô combien il aurait souhaité pouvoir continuer. Ô combien il aurait souhaité que tout cela ne se soit jamais arrêté. Cette complicité innée qui était née entre deux êtres qui s’étaient trouvés. Ces sentiments incessants qu’il ne pouvait décidément pas oublier. Il aurait pu — il aurait du. Tant de choses qu’il aurait pu faire autrement. Tant de chose qui auraient pu changer à jamais le fil de leur destiné. Mais il faut croire que ce n’était pas ainsi que les Moires l’avaient décidées ; elles avaient faire de Ryûnosuke un trouillard, effrayé de se confié, tombé sous le charme d’un Elis bien trop aveugle pour voir ce qui se trouvait sous son nez.

Ses lèvres tremblent un instant, le sourire vacillant. Ses cils humides glissent contre ses pommettes abimée alors que ses sourcils se penchent, résistant vaillant, à l’envie de pleurer. Il se sent si faible ; si humilié en cet instant. Pleurant comme un enfant face à son amour passé. La remarque d’Elis le fait doucement rigoler, sa voix à la limite de casser.

— « Pas assez grand là où il faut. » regard appuyé, sourire hésitant.

Qu’il est idiot à vouloir se faire grand ; à se redresser alors qu’il est si courbaturer. Ses lippes se dessinent tendrement, s’étirant le long de ses joues ; rehaussant des pommettes rosées. Qu’il est idiot à trouver ça charmant. Tsubaki s’agite sous son nez ; ressentant les émotions troublées de son lié. Elle s’inquiète, ses petits yeux transparents fouillant ceux de Ryûnosuke à la recherche de la vérité. Elle soupire tristement avant de se lover dans son col pour le soutenir et le rassurer, disant ; je suis là, ne t’inquiète pas, je ne vais pas te laisser, moi.

La question du cowboy lui donne envie de pleurer ; après tout ce temps, toutes ces années, il n’est rien à ses yeux. Pas même un ami dont il faudrait se soucier ; pas même quelqu’un dont on aurait noté l’adresse sur un bout de papier. Il n’était qu’une poussière dans l’engrenage de sa vie ; le méchant oncle et ami qui venait s’occuper de son fils lorsqu’il ne pouvait point. Ses épaules se crispent et il se sent triste. Si triste à l’idée que toutes ces années écoulées n’étaient rien d’autre qu’un éclat de miroir brisé. Rien de plus que le reflet de ses espoirs déçus ; de ses amours perdus. Il mord sa lèvre pour empêcher le murmure d’un animal blessé de passer. Ses cheveux défaits glissent de son chignon pour obscurcir son visage ; pour le protéger le temps qu’il reprenne ses pensées.

— « Au pire, tu peux me déposer chez Ayamé. » dit-il en soupirant, fatigué. « Ce ne sera pas la première fois qu’elle me soignera. »

C’est la triste vérité ; il ne sait plus compter le nombre de fois qu’il s’est retrouvé chez sa soeur, ensanglanté, peinant à rester sur ses jambes, lui suppliant de le raccommoder. Sa tendre soeur, si douce, si compréhensive, qui n’hésita pas un instant avant de sortir le fil et le désinfectant afin de l’aider. Sa tendre soeur, si douce, qui pourtant il s’était mis à détester il y a de ça des années. Partagé entre l’amour et la haine il s’était alors perdu dans sa danse ; son seul échappatoire qui lui avait été arraché. Quelle belle vie que cela ; un amour déçu, un frère disparu, un fils inconnu et une passion qui n’est plus.


dragon
avatar
dragon
Métier : mercenaire + coursier
Mutation : contrôle du métal

_________________

You don't know my brain the way you know my name, You don't know my heart the way you know my face, You don't know what I've done, I'm wanted and on the run. Release me from the present, I'm obsessing all these questions. © tøp + endlesslove

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doucereuse Agonie. :: New-York City :: Manhattan :: Uptown :: Harlem-