Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
dear sister ✿ ft. au'ura
avatar
Métier : arboriculteur + tatoueur
Mutation : empathie florale
fleur en sucre
Mer 14 Nov 2018 - 22:42






dear sister



ft. SAERI'I + AU'URA
Tu te reposes, Saeri’i.
À l’ombre d’un pêcher, tu es couché.
Les bras soutenant ta longue chevelure dorée, les yeux clos pour profiter de cet instant volé. Souffle calme, un doux sourire perle au coin de tes lèvres alors que des coquelicots s’enlacent aux brins de lavande au milieu de tes mèches emmêlées. Tu te sens chez toi, posé sur cette pelouse verte, entouré d’arbres fruitiers et autres plantes que tu aimes cultiver. Ton second métier, celui que tu occupes le mardi et le jeudi te permet de s’occuper de cette vie végétale qui parcours tes veines et occupe toutes tes pensées — littéralement ces derniers temps.

Tu es de bonne humeur aujourd’hui, Saeri’i.
Tu profites de la vie.
Quelques fleurs de lin fleurissent le long de tes mains sous la profonde gratitude que tu ressens sur le moment. Gratitude envers le monde ; envers cette vie que tu as réussis à créer malgré toutes ces épines empoisonnées ; malgré toutes ces pensées, ces sentiments parasites que tu n’arrives pas à contrôler. Gratitude envers toutes ces personnes que tu as rencontrées, qui t’ont aidées, soutenues, épaulées. Gratitude envers ce petit coin de Paradis qui te permet de respirer ; de souffler au sein de cette nature que tu affectionnes — pétales mauves le long de tes côtés.

Wisteria papillonne au-dessus de ta tête. Elle joue avec les papillons qui volent entre ses tentacules déliés. Elle joue à se faire peur à travers les branches feuillues et les fruits en train de se développer. Quelques centaurées apparaissent le long de ses membres transparents lorsqu’elle remarque une silhouette s’approcher ; attention ; surprise ; ces quelques émotions te réveillent alors que tu commençais à somnoler, Saeri’i. Tu recueilles un liseron au creux de ta langue et te relève pour observer les alentours. Les pétales blancs font écho à la crinière de la figure inconnue qui se dessine à l’entrée du recoin où tu t’es caché.
— « Au’, quelle surprise de te voir ici » dis-tu, haussant à peine la voix

Index floral
Coquelicot - Tranquilité
Lavande - Plénitude
Lin - Gratitude
Mauve - Affection (douce et pure)
Liseron - Surprise
 



Revenir en haut Aller en bas
Au'ura Tauwhiro
Missing Nemo
avatar
Missing Nemo
Jeu 15 Nov 2018 - 18:26

Cher Francis Journal
Je n’avais pas vraiment prévenu, je ne savais même pas s’il serait là. Ça m’avait pris sur un coup de tête : j’avais envie de voir mon frère. On ne se voyait pas assez souvent, à mon goût, car l’accès au Bronx était difficile, surtout en tant qu’Agapè, je n’étais clairement pas la bienvenue. Mais pour ceux qui m’avaient déjà croisée, ils savaient que je ne cherchais pas à les arrêter, alors je m’en sortais en général assez bien. Cependant, avec les tensions grandissantes dues au régime de notre cher roi, ces derniers temps j’avais l’impression que les visites au Bronx se faisaient plus difficiles. En plus, j’avais pas mal de travail dans mes recherches, puis je souhaitais avancer au plus vite sur l’état des Beasts marines. Elles étaient beaucoup moins réhabilitées que les Beasts terrestres et leur état m’inquiétait.

Bref, tout ça pour te dire, Francis, que je suis partie voir mon frère. Évidemment, je me suis dit que le meilleur moyen de le trouver serait d’aller à son salon de tatouage alors j’en avais pris la direction. J’avais fait pas mal de détour, quand même, la paranoïa aidant. Certains savaient que j’étais de la même famille qu’un Duè, on pourrait décider de m’utiliser pour le trouver. Ceci dit, vu le « crime » de Saeri’i, il ne devait pas être dans leurs priorités de recherche.

Au final, je n’eus même pas besoin d’atteindre l’Ohana. À peine ai-je pénétré dans le jardin que je repérais une masse sous un arbre : Saeri’i, sans aucun doute. Je me dirigeais donc vers la créature et me fis repérer par son anima. Mince. J’aurais pu lui faire peur, mais il avait été alerté !

- Au’, quelle surprise de te voir ici.
- J’avais envie de voir une belle fleur.

Je prononçais ces mots en souriant, avant de m’allonger près de lui. Ça faisait longtemps que je n’avais pas passé un moment comme ça avec mon frère, juste posés tous les deux à passer le temps.

- Alors, pas trop de soucis floraux dernièrement ?

La question était posée sur un ton léger, je ne voulais pas gâcher ce moment de paix avec Saeri’i, mais j’étais tout de même inquiète pour lui. Puis ça lançait la discussion, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Métier : arboriculteur + tatoueur
Mutation : empathie florale
fleur en sucre
Mer 28 Nov 2018 - 16:28






dear sister



ft. SAERI'I + AU'URA
La présence de ta sœur à tes côtés te remplis de joie, Saeri’i.
Ses visites se sont faites plus rares ; espacées tandis que les contrôles et la paranoïa commencent à envenimer les esprits de certains dués. Certains considèrent Sae’ comme un traitre pour continuer à voir sa sœur, une agapè, de façon plus ou moins régulière. D’autres s’inquiètent de sa présence auprès de leur tatoueur préféré — tu es connu dans le milieu pour ton côté naïf et facile à berner.

De larges grappes de fleurs violacées prennent racines sur tes avant-bras, synonyme de l’absolue confiance que tu portes envers sa sœur bien aimée. Envers et contre tous, tu sais qu’elle ne te trahira jamais — et si quelques agapés venaient à toquer à ta porte, tu sais pertinemment, que ce ne sera pas de sa faute. Tu te recouvres de fleurs dès que tu te trouves à ses côtés ; bien trop heureux de revoir ses cheveux immaculés, son air joueur et ses lèvres mutines. Quelques myrtes se mélangent sur ta poitrine aux petites boules dorées qui parcourent ton flanc.
— « Alors, pas trop de soucis floraux dernièrement ? » demande Au’ura
Son ton léger cache une pointe d’inquiétude, qui se manifeste par un petit trèfle le long de ta pomme d’Adam. Tu cueilles cette fleur et tu te mets à jouer avec, hésitant un instant — quelques sainfoin fleurissant le long de tes mollets pendant ce laps de temps. Tu décides finalement de te tourner vers elle, tes yeux maintenant vairons se plongeant leurs homologues marrons.
— « Il y a eu un petit accident … » commences-tu, de nouvelles fleurs couvrant tes mollets. « Mais ne t’inquiète pas, c’est réglé, et puis regardes-moi cet œil vert comme les prés ! »
Une gerbera orange pointe le bout de son nez sur le haut de ta tête ; formant un drôle de chapeau, comme dans un dessin-animé. Tu offres un sourire ravi — un poil contrit à ta sœur, car tu sais ce qui ne va pas tarder.

Index floral
Glycine - Confiance
Myrte - Amour partagé
Mimosa - Amour platonique
Trèfle - Doute / Incertitude
Sainfoin - Hésitation
Gerbera - Emerveillement
 



Revenir en haut Aller en bas
Au'ura Tauwhiro
Missing Nemo
avatar
Missing Nemo
Mer 12 Déc 2018 - 11:13

Cher Francis Journal
Je voyais des fleurs pousser sur son corps, trahissant probablement mes émotions alors que je tentais de paraître sereine. Décidément, ce pouvoir était dangereux et en plus tournait à mon désavantage ! Tant pis. Je voyais bien qu’il hésitait, jouant avec son trèfle, et cette hésitation me fit m’inquiéter encore plus. J’essayais de me calmer, de contrôler mes émotions, ça ne l’aiderait pas si je me mettais à lui faire pousser des fleurs partout. Mais je n’y pouvais rien, c’était mon frère et je tenais à lui. Heureusement, Saeri’i finit par prendre la parole et répond honnêtement.

Je me suis sentie soulagée qu’il décide de me le dire. Au moins, je n’avais pas à m’inquiéter en secret qu’il me cache les choses. Pourtant, sa réponse n’était pas rassurante. Qu’entendait-il par un « petit accident » ? Je mourrais d’envie de lui demander mais ne voulais pas non plus lui faire un interrogatoire. Cela ne m’aurait pas gêné pour n’importe qui d’autre, au contraire, j’aurais posé la question sans hésiter quitte à partir au conflit. Mais je préférais d’abord le laisser finir de parler.

La prochaine étape fut de me montrer son œil. J’ouvris de grands yeux et ma bouche resta entrouverte de manière ridicule. Saeri’i souriait, alors qu’une fleur poussait sur sa tête. Je ne pus réprimer un sourire en la voyant. Elle lui faisait un chapeau assez étrange et n’importe qui aurait ri en l’observant. C’était une jolie fleur, assez bien placée il fallait l’admettre, et Saeri’i avait souri en l’ayant. J’essayais de comprendre son code floral, quelle fleur correspondait à quoi, mais j’avais du mal à toutes les retenir, puis j’avais un autre souci dans l’immédiat.

- Quel genre d’incident peut faire changer ton œil de couleur ?

Je me mordis la lèvre, je n’avais pas envie de lui faire la morale mais j’étais vraiment inquiète de son état. Qu’est ce qui me disait que le phénomène était vraiment réglé ? Et si ça arrivait à nouveau ? Pourtant, je devais me contraindre. Je n’avais pas entièrement déchiffré son code floral et j’avais peur de ce que je pouvais provoquer chez lui. J’inspirais un grand coup et regardais le ciel. Je le m’allongeais et fermais les yeux tout en le laissant répondre. Il fallait que je reste calme peu importe ce qu’il me dirait. C’était difficile de contrôler ses émotions, surtout que j’étais plus du genre à foncer tête baissée quitte à mettre les deux pieds dans le plat. Mais pour le coup, il en valait de sa sécurité.

Je relevais la tête et vis Ora qui fonçait vers Wisteria, probablement par envie de jouer avec, mais je n'étais pas sûre que l'anima de Saeri'i aime vraiment jouer avec mon petit démon. Il avait raté son effet de surprise et n'avait pas pu l'effrayer et voulait probablement maintenant jouer à poursuivre le petit papillon. Je souris à cette idée. Ora n'en avait pas l'air mais pouvait être très joueur parfois. Juste l'observer m'avait aidé à me détendre et je décidais de parler à nouveau, plus calmement cette fois, plus sereinement surtout.

- Au moins ça te donne un style, tu fais un peu plus Duè comme ça ! Je suis sûre que Moe trouvera ça stylé.

Je le regardais à nouveau et souris. J’aimais mes frères, plus que tout et je voulais profiter au maximum de sa présence, même si je devais renoncer à mon inquiétude ou ma colère envers ceux qui le mettent en danger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Métier : arboriculteur + tatoueur
Mutation : empathie florale
fleur en sucre
Dim 6 Jan 2019 - 21:46






dear sister



ft. SAERI'I + AU'URA
Tu chéris ta sœur, Saeri’i.
Sa présence à tes côtés te conforte ; comme celle d’une douce couverture dans laquelle tu aimes t’enrouler ; comme le sable chaud qui glisse entre tes orteils de pieds ; comme le bruit du vent dans la houle ; des oiseaux de paradis qui piaillent et du rire de ta fratrie. Au’ura est le soleil de tes jours ; elle rayonne, comme elle l’a toujours fait, à tes côtés, malgré les castes ou les kilomètres qui peuvent vous séparer. Vous avez toujours été les deux faces d’une même pièce ; jumeaux en tout excepté au creux de vos veines et de votre chaire. Certains se demandent parfois si vous êtes vraiment affiliés ; ta peau constellée de rouille contre sa peau couleur tabac. Sa crinière épurée contre tes mèches brunies sous le soleil d’été. Ses orbes marron glacé contre tes iris azurée ; maintenant marquées du sceau d’une absinthe consommée ; exaltée.

Sa question te rappelle à la réalité et tu sens ta gorge te serrer ; un doux sourire amer se peint sur tes lèvres plissées. Fleurs givrées se glissent contre tes oreilles ; tu te remémores un instant ce qui est arrivé ; ce « petit accident » dont tu viens de parler. Tes mains fouilles et finissent par trouver ta pipe délicatement décorée, un sachet de fleurs séchées au bout des doigts. Tu n’aimes pas fumer en présence de sa sœur ; délicats trèfles le long de ta gorge qui ne finissent pas s’arriver alors qu’elle tente de se contrôler. Elle n’a jamais été de ceux qui savent se détacher ; elle aime ; elle crie ; elle se bat à plein poumons tandis que son sang ne fait qu’un tour lorsqu’un de ses frères est menacé. C’est pour ça que tu l’aimes autant ta sœur adorée, hortensia ; pétales délicatement rosés se glissent contre la paume de tes mains.
— « Au moins ça te donne un style, tu fais un peu plus Duè comme ça ! Je suis sûre que Moe trouvera ça stylé » dit-elle, enjouée.
Une pensée envers Moe, ton frère adoré, et voilà que tes souvenirs douloureux disparaissent ; balayés par ces dizaines de myrtes qui pointent leur nez sur le bout de tes doigts. Tu rigoles doucement en les écartant devant toi, cachant un instant un soleil timide en train de s’éveiller. Tu attends quelques instants que ton rire soit passé ; ton sourire disparaissant doucement.
— « Je repensais à nous, là-bas, avec papa, mama et мамочка. » souffles-tu délicatement. « Parfois j’aimerai cligner des yeux et me retrouver avec eux. Et puis je me réveille seul. » continues-tu
Tu te fait interrompre par une des tentacules de Wisteria contre ton nez, couverte de petits œillets outrés. Tu rigoles doucement, caressant du bout des doigts son membre légèrement gélatineux.
— « Oui tu es là ma petite Wisteria. » réponds-tu doucement. « Mais toi Au’ura, toi et Moe, vous me semblez parfois si loin, hors de ma portée. » finis-tu.
Un pétale doré ; légèrement rougeoyant se glissent comme tant de larmes que tu n’oses libérer.  Quelques crocus rouges et bleutés se dessinent le long de ta gorge ; signes d’une peur que tu n’arrives pas à réprimer ; d’une crainte que ta famille ; ceux que tu aimes plus que tout, soient la cause d’une future cécité. Tu déglutis et fini ton explication.
— « Et quand je pense à tout ça, à la maison, à nous, ce pouvoir maudit fait pousser toutes ces stupides fleurs derrière mes yeux. » Œillets roses contre les pommettes de ton visage énervé.  


Index floral
Edelweiss - Souvenir
Trèfle - Doute / Incertitude
Hortentia - Amour filial
Myrte - Amour partagé
Œillets - Colère
Crocus rouges et bleus - Peur/Crainte
Hélénie - Tristesse
 



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: