Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Together to fight ~~~ ft. Fenrir {1.2}
Arya Pharell
Une vraie tête de mule
Arya Pharell
Métier : Mercenaire - Eros
Mutation : ~
Une vraie tête de mule
Lun 10 Déc 2018 - 12:13
"Together to fight" FenrirxArya
Ce matin, j'étais de mauvais poil. La nuit avait été longue et difficile, mon corps me menait la vie dure, je me sentais toute étourdie. Tomber malade maintenant, quelle blague. Fiévreuse, je m'habillais mécaniquement. Mes joues et mon front rouges me donnaient chaud. Nono semblait indécis à mes côtés. "Je ne sais pas si c'est une bonne chose que tu te rendes là-bas. Tu n'es pas en état." Je l'ignorais simplement. Mon programme d'aujourd'hui était déjà assez pénible, je n'avais pas envie de débattre là-dessus. Karel mon supérieur m'avait très bien fait comprendre que j'avais intérêt à me rendre à cet entraînement improvisé sans faire d'histoires, après mes escapades non concluantes dans le Bronx.
Je nouais mon noeud habituel dans mes cheveux, tout en regardant l'horloge pendue au mur. J'avais juste le temps de finir de me préparer et de me rendre sur place. J'ignorais les rapides vertiges qui se bousculaient dans ma tête, et ouvrit la porte d'entrée. "C'est parti Nono, en route." Il n'y avait aucune pointe de motivation dans ma voix. Juste une lassitude non-dissimulée. Nous partîmes ainsi, en direction de la zone industrielle de Brooklyn.
Une dizaine de minutes plus tard, nous déboulions devant une vaste étendue de terre et d'herbes coupées. Le temps était froid, les nuages cachaient le soleil, et rendaient le décor autour de nous encore plus sombre. Je frissonnais, pourquoi je n'emportais jamais de manteau avec moi ? Puis je me rappelais que je n'avais pas de manteau. J'aurais pu m'en acheter un, sauf que voilà, j'avais mis toute ma paye du mois dans la nourriture... Quelle idiote. Ca m'apprendrait à être aussi gourmande.
"Il arrive." Nono pouvait sentir ces choses-là. Il percevait des mouvements et des odeurs très lointaines. Une sorte de super-pouvoir d'ours polaire. Je ne savais même pas qui j'étais censée rencontrer aujourd'hui. Alors j'attendis, immobile.

L'inconnu apparut devant moi. Grand de presque 2 mètres, des cheveux d'un noir obscur, une carrure bien taillée, et une expression figée sur le visage, voilà l'Eros que l'on avait envoyé pour moi. Il avait l'air aussi heureux d'être là que je l'étais. "Enchanté. Je suis Arya. Arya Pharell." Des présentations en bonnes et dues formes. Je n'étais pas très douée pour engager une conversation ou cacher mon impatience. J'espérais qu'il ne prêterait pas attention à mon ton froid, peu engageant.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
eros
Fenrir
Métier : Mercenaire.
Mutation : Aucune mutation.
eros
Ven 14 Déc 2018 - 22:03
« Vous êtes certain de votre décision ? »

Il avait demandé ça avec le rare sourire narquois qu'il ne réservait qu'à la basse estime, son sombre regard teinté de certitudes implacables que cet homme refusait de voir. Une fois le contrat conclu, selon les termes que Fenrir avait lui-même agencé, rien ne l'empêchait de le mener à terme.
Il agirait en conséquence, selon ses propres méthodes, celles pour lesquelles il était payé - et à moins de ne lui remettre son dû, il s'occuperait des complications de la même façon avec laquelle il comptait mener à bien cette mission - aux moyens de ce large ensemble de métal qu'il qualifiait d'épée.

Son puissant corps, enveloppé dans un tissu de nuit, se remarquait au milieu d'un décor rural et presque trop coloré à son goût. Une allure un peu atypique, un visage où les émotions semblaient aussi vivantes que les souterrains de la ville - Fenrir aurait davantage eu sa place au sein des Beasts que des humains qu'il estimait servir.
Sa grande main, endurcie par les innombrables années d'action, se hissa au niveau de son visage pour gratter sa joue - et un geste aussi anodin sembla presque irréel venant d'une entité si menaçant.
Le regard était fermé, mais pas froid pour autant ; son corps était taillé dans le roc incassable d'une forteresse de haine, mais il n'en laissait rien transparaître.

Si Fenrir éprouvait quelque chose, il n'en laissait rien transpirer. S'il y avait un quelconque jugement à émettre, il s'en tenait à l'écart, se contentant de la froide politesse qui allait régir leur relation, le temps qu'elle soit assez forte pour avoir à s'en passer.

« Je suis Fenrir. On m'a engagé pour t'améliorer à l'épée. Je te propose d'entrer directement dans le vif du sujet, épargnons-nous les formalités. »

Dans un geste si précis et méticuleux qu'on l'eut cru exécuté au ralenti, le loup enragé tira sa longue épée, comme une mise en garde.
Il était parfaitement conscient de l'évidence différence de force physique qu'il y avait entre Arya et lui, et étant donné son entraînement militaire, il n'aurait aucun mal à compenser les défauts de sa lourdeur avec la dextérité et la précision.
Il resta en garde, son arme tenue à deux mains, son regard planté dans celui de la jeune demoiselle.

« Avant tout, j'aimerais que tu me montres l'envergure de tes capacités actuelles. Je ne t'attaquerai pas alors n'hésite pas à y aller franchement. »
Revenir en haut Aller en bas
Arya Pharell
Une vraie tête de mule
Arya Pharell
Métier : Mercenaire - Eros
Mutation : ~
Une vraie tête de mule
Sam 29 Déc 2018 - 20:56
"Together to fight" FenrirxArya
Coup de vent glacé. Frisson qui parcourt un corps. Regards embrasés qui se croisent.

Il semblait froid. Clair. Synthétique. Je n'en demandais pas plus bien sur, après tout nous n'étions pas ici pour siroter un thé, les pieds en éventail sur une table. Mais j'avais l'horrible impression de n'avoir que des gens sérieux autour de moi. Des relations professionnelles, réfléchies, préparées. Jamais une surprise insoupçonnée, ou un geste d'affection anodin. Seulement le bruit du vent qui souffle, ma lame qui fendait l'air et les rapports qui s'entassaient sur mon bureau. Une vie de mercenaire banale, dépourvue d'amitié. Mon cœur aurait pu se serrer dans ma poitrine à cette simple idée, mais j'étais habituée à cette sensation de vide. Et cet homme, grand, qui se tenait devant moi bien droit, n'était qu'un personnage de plus, jouant un rôle prédéfini dans l'histoire de ma vie. Que pouvais-je faire pour changer cela ? Et puis, c'était tellement plus simple, de s'abandonner à ce quotidien répétitif sans trop penser. Ne devoir prêter sa confiance à personne, ne plus souffrir à force de s'être trop attaché.
"Je vais faire de mon mieux." J'esquissais un sourire tout en reculant de quelques pas. Nous nous tenions presque à dix mètres l'un de l'autre. Nono s'écarta et alla s'installer sur une pierre plate de l'autre côté du champ. Maintenant, c'était à moi de jouer.

Je concentrais mon énergie dans le creux de ma main, en plissant mes yeux turquoises. Pourquoi étais-ce si difficile ? Mon bras tremblotait légèrement lorsque soudain elle jaillit. Fait de vent et de magie, invention de mon imagination farfelue, le katana se matérialisa aussitôt. Je serrais son manche doré d'une poigne forte, jetant l'étui à mes pieds. La sueur perlait à mon front. "Foutue fièvre." pensais-je tout bas. Je devais rester concentrée. L'homme qui me faisait face m'avait demandé de lui montrer ce que j'avais dans le ventre. Vu sa carrure imposante et son arme lourde, je ne doutais pas de l'issue de l'exercice. "Depuis quand es-tu si défaitiste Arya ?" Je devais me ressaisir tout de suite. Les vertiges obscurcissaient mon esprit, mais ma raison me poussa à faire un premier pas. Nono me fixait de loin, je sentais son regard soucieux posé sur moi. Il était temps.

Je ne voulais plus être faible. Je ne voulais plus connaître ce sentiment humiliant d'être sous-estimé. Tous ces hommes imbus d'eux-mêmes, avares d'amour et de pouvoir, que j'avais rencontré, me chantant qu'ils me protégeraient contre le monde entier. Mais je demeurais mon unique bouclier. Et à moins de me faire transpercer la poitrine, je ne laisserais plus jamais personne lever la main sur moi. J'en avais assez de croire aux sentiments.

Alors dans un cri de rage mêlant sueur et détresse, je m'élançais. "Raaaaahhhhh !" Ma lame fendit l'air, j'attaquais de front. Elle siffla et tourna et dansa et chanta. Ma chevelure volait tout autour de moi. Lorsque je me battais, je sentais une force que je ne me connaissais pas, et j'adorais ça. Les armes que je maniais, je les chérissais. Elles étaient ma libération. Mon unique moyen de crier vengeance. Il bloqua mon coup d'un mouvement précis, et nous restâmes quelques secondes face à face, dents crispés, à lutter pour maintenir nos armes entremêlées. Je savais que je n'avais pas l'avantage de la force, alors je me dégageais rapidement et sans prévenir, me retrouvais derrière lui en une seconde. Profitant de l'effet de surprise, je fonçais lame en avant. Nouveau blocage. Mais moins précis cette fois.

Haletante, un sourire ne put s'empêcher d'éclairer mon visage. Tu sais même si l'antilope est plus frêle, elle court vite. Elle pourrait courir jusqu'à fatiguer le félin, qu'en dis-tu ? Il n'aurait qu'à retourner se coucher." Je lui offris un regard emprunt de malice, désireuse d'en apprendre un peu plus sur ce personnage inconnu. Et si ce n'était point par les mots, alors son arme le ferait pour lui.

Il était tant de voir ce que cet Eros silencieux, avait dans le ventre.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: